ÉCONOMIE

Résultats en deçà des attentes pour AB InBev; le coronavirus pèse sur le début 2020

Résultats en deçà des attentes pour AB InBev; le coronavirus pèse sur le début 2020

Image d’illustration. Belga

AB InBev a vu ses produits augmenter de 2,5% au dernier trimestre 2019 et de 4,3% sur l’ensemble de l’année dernière, à respectivement 13,3 et 52,3 milliards de dollars, a annoncé jeudi le géant brassicole, qui reconnaît néanmoins une performance «bien en deçà» de ses attentes en 2019.

AB InBev se félicite par contre d’une bonne tenue de ses marques mondiales sur lesquelles le groupe se repose: leurs ventes ont augmenté de 8,0% en dehors de leurs marchés domestiques, où elles sont vendues plus cher. Ainsi, Budweiser a progressé de 3,3%; Stella Artois affiche une hausse de 6,5% en dehors de la Belgique, avec une belle progression aux États-Unis et au Brésil. Et Corona reste en tête avec une croissance de 21,0% en dehors du Mexique.

Le résultat opérationnel avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (ebitda) est, lui, en recul de 5,5% au quatrième trimestre mais en augmentation de 2,7% sur l’ensemble de l’année 2019, à 21,1 milliards de dollars. AB InBev explique ces chiffres par une croissance de ses volumes et produits ainsi qu’une «gestion disciplinée et constante» de ses coûts, favorisée par la réalisation de synergies, le tout ayant été partiellement atténué par des coûts de ventes par hectolitre élevés.

Le bénéfice net du brasseur s’élève à 962 millions de dollars (environ 881 millions d’euros) au quatrième trimestre (-31,5%) et à 8,1 milliards de dollars (environ 7,4 milliards d’euros) pour l’exercice 2019, en progression de plus de 29% par rapport à 2018.

En tenant compte des rentrées attendues de la cession de ses activités australiennes, AB InBev estime que son ratio d’endettement (dette nette versus ebitda) est de 4 en 2019. L’objectif du groupe est un ratio d’endettement aux alentours de 2.

Le groupe prévoit une croissance de son ebitda entre 2 et 5% en 2020, mais cette croissance «devrait surtout se réaliser au second semestre». AB InBev constate en effet une chute de la demande en Chine, «dans l’horeca et à domicile», à cause de l’épidémie de coronavirus. La demande lors du Nouvel an chinois a également reculé par rapport aux années précédentes. Pour les deux premiers mois de 2020, AB InBev estime que le Covid-19 a entraîné une perte de produits de 285 millions de dollars et une perte d’ebitda d’environ 170 millions de dollars en Chine.

Pour les trois premiers mois de 2020, l’entreprise s’attend à ebitda en baisse d’environ 10% étant donné l’impact du coronavirus sur ses résultats ainsi qu’une comparaison difficile, particulièrement au Brésil.

Le conseil d’administration proposera un solde de dividende de 1,00 euro par action, qui s’ajoute à l’acompte de 0,80 euro par action versée en novembre dernier, ce qui donne un dividende total de 1,80 euro par action pour l’exercice.

La publication des résultats d’AB InBev a été fraîchement accueillie par les investisseurs. Peu après l’ouverture à la Bourse de Bruxelles, l’action du géant brassicole cédait près de 6%.