MONDE

Coronavirus: l’épidémie se propage dans le monde

Coronavirus: l’épidémie se propage dans le monde

Image d’illustration. Jo Panuwat D – stock.adobe.com

Plusieurs pays ont annoncé avoir détecté un premier cas de coronavirus ce jeudi. C’est le cas en Roumanie, en Norvège, au Danemark et en Estonie. Aux États-Unis, un premier cas d’origine inconnue a été confirmé.

Le ministre de la santé roumain, Victor Costache, a confirmé le premier cas d’infection de coronavirus dans le pays, selon un média local. La Norvège aussi confirmé un premier cas, une Norvégienne revenant de Chine.

Le premier cas a été annoncé mercredi, un homme de 71 ans qui est entré en contact avec un Italien ayant récemment séjourné dans son pays.

Le patient a été admis dans un hôpital de la capitale Bucarest, selon le média PRO TV.

L’Italien en question s’était rendu en Roumanie en février, avant d’être testé positif au Covid-19 une fois de retour en Italie, où l’épidémie du nouveau virus est la plus sévère.

Une Norvégienne a aussi en outre été testé positif au virus dans son pays, sans pourtant présenter de symptômes, a indiqué l’institut de la santé norvégien. Selon les médias locaux, la patiente est originaire de Tromso au nord du pays.

Danemark et Estonie

Le Danemark a annoncé jeudi un premier cas de contamination au nouveau coronavirus, un homme revenant d’Italie du nord, dont le cas est décrit sans danger. Un cas est également signalé en Estonie

«L’homme qui est rentré d’un séjour au ski en Lombardie avec sa femme et son fils lundi 24 février souffrait depuis notamment de toux et de fièvre […] l’homme a été testé positif mais les résultats des tests de sa femme et de son fils sont négatifs», a indiqué dans un communiqué l’Agence de santé publique.

Son état est plutôt bon et il est rentré chez lui, où il est confiné ainsi que sa famille, et ils sont en contact quotidien avec l’hôpital de Roskilde, à l’est de Copenhague. D’après la télévision publique TV2, il s’agit de l’un de ses employés.

Les autorités sanitaires du pays, qui ne prévoient pas pour le moment de contrôler les voyageurs y entrant, avaient déclaré mardi que «la probabilité de cas importés au Danemark avait augmenté […] mais que le risque d’infection (devait) toujours être considéré comme faible».

Les personnes revenant de Chine, de certaines régions d’Italie (Émilie-Romagne, Lombardie, Piémont et Vénétie), d’Iran, de Corée du Sud, du Japon, de Hong Kong et de Singapour et présentant des symptômes du virus sont appelées à contacter leur centre de soin qui les aiguillera sur un service pouvant les prendre en charge et les tester.

Six hôpitaux dans ce pays de 5,8 millions d’habitants ont été désignés par les autorités sanitaires comme susceptibles d’accueillir des personnes contaminées par le virus.

Le géant danois du transport maritime Maersk a indiqué que tout employé revenant du nord de l’Italie (Émilie-Romagne, Lombardie, Piémont, Tretin-Haut-Adige et Vénétie) et de Corée du Sud devait travailler de chez lui pendant les deux semaines suivant son retour pour minimiser les risques de contagion. Une règle similaire à celle appliquée depuis le 28 janvier aux personnes revenant de Chine, a précisé le groupe dans un email. Les déplacements professionnels non-essentiels vers ses pays ont été annulés.

Les autorités estoniennes ont aussi annoncé un cas jeudi matin. «L’infection a été identifiée hier», a déclaré la ministre des Affaires sociales Tanel Kiik à la chaîne ETV. «Il s’agit d’un résident permanent dans le pays mais qui n’est pas un citoyen estonien.» Cette personne serait d’origine iranienne, rentrée de son pays mercredi soir. L’Iran a enregistré au moins 19 décès dus au covid-19 et au moins 139 infections.

Premier cas d’origine inconnue aux États-Unis

L’agence de santé américaine CDC a découvert un cas de coronavirus en Californie qui ne peut être relié à des infections antérieures dans le pays. Il s’agit d’une première.

Selon l’agence, le patient ne s’est pas rendu en Chine et n’a été en contact avec des personnes infectées.

Aux États-Unis, les autorités sanitaires ont exprimé leurs préoccupations concernant la propagation du virus. Les experts craignent qu’il se propage malgré les mesures prises par les autorités.

Le président Donald Trump a déclaré que le risque de propagation du coronavirus était «très faible» mais qu’une large propagation du coronavirus aux États-Unis n’était pas non plus «inévitable».

À ce jour, au moins 57 cas ont été détectés aux États-Unis.

Lieux publics fermés en Irak, un premier cas à Bagdad

Les autorités irakiennes ont annoncé fermer jeudi écoles, universités, cinémas et cafés jusqu’au 7 mars dans le pays, alors qu’un premier cas de coronavirus était recensé à Bagdad, deuxième capitale la plus peuplée du monde arabe.

Comme pour les cinq autres cas de pneumonie virale Covid-19 recensés en Irak, le patient a apparemment contracté le virus en Iran, épicentre de l’épidémie au Moyen-Orient avec 19 décès.

L’Irak et l’Iran, voisins, entretiennent de très étroits liens économiques, commerciaux, politiques et religieux. Des millions d’Iraniens viennent chaque année en Irak en pèlerinage dans les villes saintes chiites, tandis qu’autant d’Irakiens se rendent en Iran pour du tourisme ou se faire soigner dans les hôpitaux de la République islamique tant le système de santé irakien est dévasté.

Les voyages en Iran sont déjà interdits, de même que désormais vers huit autres États – dont la Chine, le Koweït, le Bahreïn ou l’Italie par exemple.

Progression internationale

Si la Chine était jusqu’à peu l’unique foyer mondial de coronavirus, le risque s’est démultiplié avec l’émergence de nouveaux pays-sources comme la Corée du Sud, l’Italie et l’Iran.

Désormais, le nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19 enregistrés hors du territoire chinois dépasse ceux recensés en Chine, où le virus est apparu en décembre, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Plus de 78 000 personnes ont jusqu’ici été contaminées en Chine, dont 2 744 mortellement. Le coronavirus touche également des dizaines d’autres pays, où le bilan est de quelque 3 600 contaminations et plus de 50 morts.

Même la Chine, qui confine plus de 50 millions de personnes dans la province du Hubei (centre), épicentre de l’épidémie, s’inquiète désormais de cas «importés» d’autres pays.

La ville de Pékin a ainsi annoncé mercredi que les personnes arrivant en provenance d’États «gravement touchés» par le coronavirus devraient désormais se placer en quarantaine pendant 14 jours.

L’épidémie semble avoir atteint un pic en Chine, où le nombre de nouveaux décès quotidiens continue à chuter. Les autorités ont annoncé jeudi seulement 29 morts supplémentaires, un chiffre au plus bas depuis près d’un mois.

Mais d’autres pays inspirent davantage d’inquiétude. Avec notamment l’Italie, qui apparaît de plus en plus comme une plateforme de diffusion du Covid-19.

En suisse, un informaticien de 28 ans de retour de Milan a été testé positif au coronavirus à Genève, a indiqué jeudi le Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé (DSES). Il s’agit du deuxième cas confirmé en Suisse.

L’homme est rentré il y a trois jours de Milan, a précisé jeudi Laurent Paoliello, porte-parole du DSES. Conformément aux protocoles de sécurité mis en place, l’homme a contacté le médecin de son entreprise à son retour

Le virus est ainsi arrivé en Amérique latine, épargnée jusqu’à présent, y entrant par le Brésil via… un Brésilien de retour d’Italie. La Grèce, la Croatie, l’Autriche et l’Allemagne ont toutes fait état de personnes contaminées après un séjour dans la péninsule.