SOCIÉTÉ

PHOTOS | Les poupées de la controverse sont de sortie au carnaval d’Alost

La société «De Zwiejtollekes» a ressorti dimanche les poupées représentant des juifs qui avaient suscité la controverse l’an dernier au carnaval d’Alost. Celles-ci sont cette fois associées à des caricatures visant d’autres religions au sein d’une sorte de stand de tir.

«Rire de tout et de tout le monde est propre au carnaval. Jamais pour blesser mais pour le plaisir», justifient les Zwiejtollekes. «Nous montrons que nous pouvons nous en prendre à tout le monde et qu’on ne se laisse pas faire. Les cibles sur nos costumes sont une manière de nous mettre nous-mêmes dans le viseur.»

La décision de l’Unesco de retirer l’événement de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ne semble pas avoir refroidi les ardeurs des Alostois, bien au contraire. Des carnavaliers défilent ainsi en uniformes nazis avec la mention «Unestapo» dans leur dos et de nombreux chars font référence aux juifs, qui sont entre autres caricaturés en insectes.

PHOTOS | Les poupées de la controverse sont de sortie au carnaval d’Alost
Les références aux juifs et à la sanction de l’Unseco sont plus que présentes au carnaval d’Alost. BELGA

La famille royale avec Delphine Boël, Greta Thunberg, les musulmans, les catholiques, la communauté LGBT, le coronavirus chinois ou encore le retour de Kim Clijsters à la compétition ont également inspiré les carnavaliers.

«Une honte et un gâchis», selon le président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme

Le président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA), présent dimanche au carnaval d’Alost, se dit très déçu par cette édition 2020. «Honte et gâchis, ce sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit», indique Joël Rubinfeld à l’agence Belga.

Joël Rubinfeld précise avoir été désagréablement surpris de revoir les poupées représentant des juifs, mais aussi de voir défiler d’autres chars reprenant des caricatures antisémites.

«J’ai vu des nez crochus, et le Mur des Lamentations représenté comme construit avec des lingots d’or, le tout accompagné d’une parodie du morceau ‘Hey Jude’ des Beatles. C’est une véritable débauche antisémite, c’est ce que je redoutais, même si j’avais un petit espoir pour cette édition», ajoute le président de la LBCA.

«C’est une honte que l’on laisse faire ça dans notre pays au nom de la liberté d’expression. Il y a des limites. Et puis, c’est aussi un véritable gâchis car il y a des enfants, c’est une fête familiale et populaire sur laquelle travaillent bon nombre de personnes pendant un an et ces chars problématiques ne constituent que 5% de l’ensemble du cortège, mais c’est ce que l’on retient», souligne encore Joël Rubinfeld.