BRUXELLES

Le Pentagone sera la première maille aménagée du plan de mobilité

Le Pentagone sera la première maille aménagée du plan de mobilité

La Région a décidé de soutenir financièrement la création des différentes mailles à raison de cinq par an. Photo News -Christophe Licoppe

Le Pentagone constituera la première des cinquante mailles aménagées en zone de circulation apaisée de la capitale.

Les échevins de la Ville de Bruxelles, Bart Dhondt (Mobilité – Groen) et Arnaud Pinxteren (Participation – Écolo) et la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) ont présenté vendredi une feuille de route reprenant les différentes étapes pour y arriver.

Le fil rouge du plan régional de Mobilité Good Move consiste à organiser le réseau de voies de circulation des 19 communes de la Région au départ des artères principales et, entre elles, de «mailles apaisées», c’est-à-dire des quartiers protégés du trafic automobile de transit, plus agréables, moins pollués et plus sûrs pour les piétons et les cyclistes.

Cependant, la Ville de Bruxelles qui avait déjà réservé des moyens budgétaires au plan de circulation de l’hypercentre a décidé de déployer, sans attendre, une première maille dont les limites correspondent à celles du Pentagone.

Aménagements physiques pour les zones 30

Physiquement, les lieux seront aménagés en zone 30 apaisée en 2021. Pour le Pentagone, le 30km/h est déjà de mise depuis 2010, mais pas toujours suivi d’effet par déficit, par endroits, d’aménagements physiques en conséquence. La nature des changements à apporter sera élaborée via un processus de participation en trois étapes: au moment de l’établissement des constats, soit d’ici le début de l’été; lorsque l’on passera à l’élaboration des mesures, d’ici février 2021, et enfin, au moment d’évaluer l’impact de la réalisation, après quelques mois de mise en œuvre, à partir de l’automne 2021.

Dès la phase d’établissement des constats, les habitants et les utilisateurs de la ville seront consultés via le web (www.brusselsamen.be/goodmove), via des entretiens en rue, des réunions de quartiers et des réunions bilatérales, a expliqué Arnaud Pinxteren.

Selon Bart Dhondt, la Ville consacrera quelque 400.000 euros de moyens aux différentes phases de participation et de communication et 500.000 euros à l’aménagement de l’espace public. Les équipements provisoires acquis pour la première maille pourront être réutilisés lors de l’aménagement des suivantes.