POLITIQUE

Bouchez enterre l’idée d’associer PS et N-VA: «Sous cette législature, c’est terminé»

Georges-Louis Bouchez fait une croix sur l’éventualité d’allier socialistes francophones et nationalistes flamands.

Après les missions de Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens puis de Koen Geens, qui ont essayé d’avancer en conciliant PS et N-VA, les nouveaux chargés de mission par le roi, Sabine Laruelle et Patrick Dewael, vont vraisemblablement explorer de nouvelles pistes.

«PS et N-VA sous cette législature, c’est terminé. Koen Geens l’a dit quasi en ces termes. Il faut donc étudier les coalitions qui restent possibles», a clarifié le président du MR et ancien informateur royal ce jeudi matin sur La Première.

«La volonté est de former un gouvernement, pas de marier le PS et la N-VA nécessairement. Et je pense d’ailleurs que la politique belge doit arrêter d’être l’otage de cette dichotomie qui profite à l’un et à l’autre et qui cristallise les tensions dans le paysage politique», a aussi dit Bouchez qui a adressé une petite pique à l’égard de Paul Magnette: «Certains appellent au calme. Moi, je le dis et je le fais», en référence à l’appel à la zénitude lancé par le président du PS.

Georges-Louis Bouchez pointe trois responsables dans la crise politique actuelle, qui perdure depuis le scrutin du 26 mai. «Je ne vois pas pourquoi le CD&V devrait plus changer d’avis que le PS. Le blocage commence avec Ecolo qui refuse de parler à la N-VA, puis le PS, et le CD&V qui se lie à la N-VA. Chacun partage un tiers de la responsabilité.»

Laruelle (MR) et Dewael (Open Vld) entament leur mission ce jeudi et les cartes semblent donc rebattues. «Ce sont deux commis de l’Etat dénués d’ambition personnelle qui vont pouvoir travailler dans l’intérêt du pays», souligne Bouchez au sujet de ses camarades libéraux par ailleurs président du Sénat et de la Chambre. «Il est important de temporiser et de créer du liant.»