JOGGING

La meilleure saison d’une vie

La meilleure saison d’une vie

Raphaël Durviaux remettait son titre en jeu, dans le sillon des Paul Romain, Bastien Marinx ou encore Lahcen El Matougui. Amandine Gilson

La Printanière 2020 en quelques mots? Soleil, température clémente, coureurs présents en nombre et niveau impressionnant…

C’est avec un mois d’avance que le printemps a pointé le bout de son nez, samedi après-midi du côté d’Erpent. Il s’agissait en effet de la 32e édition de la Printanière, la première manche du challenge Delhalle et la deuxième du challenge de la Ville de Namur (après les Foulées des Neiges qui ont eu lieu mi-janvier).

Deux départs figuraient au programme: l’un pour une course de 5 kilomètres, l’autre pour l’épreuve reine de 15,7 kilomètres qui attire chaque année les foules et les athlètes de haut vol. L’un des enjeux cette année était de connaître l’identité des successeurs de Raphaël Durviaux et de Sabine Froment, vainqueurs de la précédente édition.

Belle brochette de coureurs

Au départ, les concurrents présents pour disputer la tête de course avaient tôt fait de se faire remarquer. Parmi eux, Raphaël Durviaux se méfiait d’un certain Bastien Marinx, vainqueur de la Corrida de Namur en décembre, de celle de Ciney durant le même mois et particulièrement en verve sur les épreuves de cross-country des dernières semaines.

L’athlète du Brabant Wallon, Paul Romain, qui a montré à plusieurs reprises sa bonne forme du moment, était également de la partie, tout comme François Dekamp ou encore le Carolo Lahcen El Matougui.

Si le niveau de la Printanière ne se limite pas aux strictes frontières de la province de Namur, les athlètes régionaux étaient bel et bien nombreux au départ, à l’image des Christopher Van Leendert, Sébastien Mahia, Mathieu Piron ou encore Renan Gossiaux.

Au final, le premier à avoir rallié l’arrivée était l’athlète du Sambre et Meuse Athlétique Club, Bastien Marinx, qui s’est imposé avec une toute petite minute d’avance sur Paul Romain et Lahcen El Matougui. Il montre encore une fois qu’il est en train de réaliser la meilleure saison de sa carrière. Chez les dames, la victoire est revenue à une Bruxelloise venue découvrir la Printanière, Soetkin Demey, qui a littéralement explosé la concurrence. Elle s’est imposée devant Dorothée Cupers, récente gagnante de la Corrida de Franc-Waret, et Sandra Haulait.

Changement de vainqueur

S’ils n’étaient pas moins de 1 240 au départ de la longue distance, près de 300 athlètes se sont lancés sur la «mini-printanière» de 5 kilomètres.

Après les premiers kilomètres, l’athlète Jérôme Lechien s’est isolé en tête de course. Pourtant, au moment de franchir la ligne d’arrivée, c’est la nouvelle recrue de l’OCAN, Rafaël Grossi qui était en tête. On apprendra finalement que Jérôme s’était montré trop rapide lors d’une bifurcation, n’entendant pas les consignes des signaleurs.

Les organisateurs du RC Namur ont finalement pris la décision de le classer à la première place, au vu de l’avance considérable dont il disposait avant de se tromper. Rafaël a donc été relégué à la seconde place, devant Pieter-Jan Bruggeman, venu travailler un peu sa vitesse.

Chez les filles, si Emilia Guozdenovic comptait une belle avance, il lui a fallu batailler ferme jusque dans les derniers mètres pour se maintenir devant Kristel Dambroise, seconde, et Marie Van Tichelen, finalement troisième.

La deuxième manche du Challenge Delhalle aura lieu lors du Cross de Bousval le 1er mars. Pour ce qui est du Challenge de la Ville de Namur, il fera prochainement arrêt à «Courir pour un sourire», le samedi 14 mars à Saint-Servais.