DOTTIGNIES

DIAPO | On l’appelait La Gargote, Le Club 13, La Mandarine…

Au boulevard d’Herseaux,un pan des nuits festives de l’entité a commencé à disparaître au profit d’un funérarium.

C’est la grande époque des discothèques qui s’est éteinte un peu plus en ce début de semaine avec la démolition de la bâtisse située à proximité des meubles Toff.

Dernièrement appelé La Mandarine, le lieu festif fut d’abord connu sous le nom de La Gargote avec Roger Van Pottelberge aux commandes (le frère de Ginette Van Pottelberghe-Vanloo). C’était au début des années 60.

DIAPO | On l’appelait La Gargote, Le Club 13, La Mandarine…
Du temps dans la Gargote, dancing où la jeunesse se déhanchait joyeusement. Com.

C’est ensuite son fils Pascal qui est devenu maître des lieux sous le Club 13 puis, enfin, son beau-fils Philippe De Deurwaerder, avec La Mandarine, toujours avec Pascal.

Une fois le terrain dégagé, des pompes funèbres françaises vont y construire un nouvel espace comprenant salon funéraire, magasin et monuments.

DIAPO | On l’appelait La Gargote, Le Club 13, La Mandarine…
Ambiance à l’intérieur! Photo communiquée par Bernard Vandekeere que l’on retrouve ici, aux platines, avec son chapeau. Com.