MONDE

Coronavirus: le bilan en Chine dépasse les 1.800 morts

Coronavirus: le bilan en Chine dépasse les 1.800 morts

Au total, au moins 72.300 personnes ont été contaminées par le virus à travers la Chine. AFP

Le bilan de l’épidémie de nouveau coronavirus a atteint 1.807 morts en Chine continentale, après le décès de 93 nouvelles personnes dans la province du Hubei, selon les chiffres officiels publiés mardi.

Les autorités sanitaires du Hubei, épicentre de l’épidémie, ont recensé mardi 1.807 nouveaux cas de contamination, en recul par rapport à la veille. Au total, au moins 72.300 personnes ont été contaminées par le virus à travers la Chine continentale.

Les autorités Chinoises, qui ont bouclé le Hubei pour tenter de contenir l’épidémie, estiment que la propagation du virus est en voie d’être contrôlée, le nombre de cas rapportés en dehors cette province du centre du pays étant en nette diminution jour après jour.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a toutefois mis en garde lundi contre un excès d’optimisme. Selon lui, la tendance à la baisse des nouveaux cas «doit être interprétée avec beaucoup de prudence».

«Les tendances peuvent changer quand de nouvelles populations sont affectées. Il est trop tôt pour affirmer que ce recul va se poursuivre. Tous les scénarios sont encore possibles», a-t-il déclaré à des journalistes.

Un directeur d’hôpital à Wuhan succombe au virus Covid-19

Un directeur d’hôpital dans la ville chinoise de Wuhan, berceau de l’épidémie du nouveau coronavirus, est décédé de la maladie lundi, a fait par le média d’État chinois, China News Service.

Liu Zhiming, le directeur de l’hôpital Wuchang, est décédé d’une infection au virus Covid-19, qui a touché 72.000 personnes désormais en Chine, a informé China News Service sur le site de microblogging Weibo. Le message a toutefois été effacé peu de temps après, relève l’agence de presse dpa.

Son décès s’inscrit dans un vague d’infection touchant aussi le personnel médical en Chine. 1.700 employés dans le secteur ont été infectés et six d’entre eux ont succombé à la maladie.

Au cours des dernières 24 heures, les autorités médicales chinoises ont relevé 1.886 nouveaux cas et 97 décès. Toutefois, le nombre d’infections et de morts semble légèrement ralentir par rapport aux derniers jours.

Un dissident chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l’épidémie

Un dissident chinois qui avait critiqué la gestion de l’épidémie de coronavirus par le président Xi Jinping a été arrêté, a rapporté mardi Amnesty international.

Xu Zhiyong, un militant anticorruption qui a déjà purgé quatre ans de prison entre 2013 et 2017, a été arrêté samedi, a annoncé l’organisation de défense des droits humains. Il était en fuite depuis décembre, après avoir participé à une réunion d’opposants dans la ville de Xiamen (sud-est).

Il n’en continuait pas moins à diffuser sur les réseaux sociaux des articles dénonçant le régime communiste.

Le 4 février, il avait ainsi appelé à la démission du président Xi, critiquant sa gestion de la guerre commerciale avec les États-Unis, des manifestations à Hong Kong et de l’épidémie de pneumonie virale qui s’est déclenchée en décembre à Wuhan (centre).

«Les fournitures médicales manquent, les hôpitaux sont débordés et beaucoup de personnes contaminées ne sont pas dépistées», avait-il dénoncé. «C’est la pagaille», avait-il ajouté.

L’épidémie a déclenché une fronde inhabituelle contre le pouvoir, accusé d’avoir tardé à réagir et d’entraver la liberté d’expression. La mort au début du mois d’un médecin de Wuhan, qui avait été interrogé par la police après avoir donné l’alerte dès le mois de décembre, a alimenté la colère populaire sur les réseaux sociaux.

«La guerre du gouvernement chinois contre le coronavirus ne l’a en aucun cas détourné de son offensive généralisée contre les voix dissidentes», observe Amnesty.

Xu Zhiyong a été arrêté alors qu’il se trouvait à Canton (sud), a déclaré à l’AFP une source qui a requis l’anonymat.

Interrogée, la police cantonaise n’a pas répondu aux questions de l’AFP.

Hua Ze, une amie de longue date du dissident qui vit aux États-Unis, a confirmé être sans nouvelles de lui depuis samedi.