LIÈGE

Polémique «Chez Lequet» à Liège: le patron chantait des chants nazis

Polémique «Chez Lequet» à Liège: le patron chantait des chants nazis

«On a mis des chansons flamandes depuis YouTube et en voyant certaines photos on a vu que c’était des chants de la Wehrmacht.» Eda Thomas LONGRIE

En plein service de midi, le nouveau patron de Chez Lequet, l’établissement connu pour ses célèbres boulets liégeois, chantait des chants nazis. Il s’en excuse.

L’histoire fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Ce dimanche, plusieurs clients de la célèbre enseigne liégeoise Chez Lequet, un restaurant connu pour ses célèbres boulets liégeois et qui vient d’être repris par Marc De Bruyn, se sont offusqué de la scène surréaliste à laquelle ils ont assisté.

Le nouveau patron diffusait, selon plusieurs clients, un chant à caractère nazi qu’il a accompagné d’un salut hitlérien. Une situation qui a en a interpellé plus d’un, même si comme l’explique ce client, il n’est pas du genre à colporter les ragots, «et encore moins les mauvaises nouvelles».

 

«On a fait les cons. J’avais bu...»

 

Si de notre côté, nos appels au restaurateur sont restés sans réponse, Marc De Bruyn, le repreneur de l’établissement mythique, s’est cependant exprimé sur la RTBF.

«On a mis des chansons flamandes depuis YouTube et en voyant certaines photos on a vu que c’était des chants de la Wehrmacht», a-t-il expliqué. «On ne l’a pas fait exprès. On a rigolé un coup avec ça, même chose pour les saluts. Il y a plus grave que ça. On a fait les cons. J’avais bu un coup mais j’assume. Je ne suis pas nazi. Je suis blanc-bleu-belge.»

De quoi arrêter la polémique? Pas sûr, au vu du déchaînement sur les réseaux sociaux.

+ MISE À JOUR | Une information pénale ouverte par le parquet de Liège après les chants nazis «Chez Lequet»: De Bruyn risque un an de prison