Joachim Coens: «Quand est venu le temps de s’embrasser, il s’est enfui»

Joachim Coens: «Quand est venu le temps de s’embrasser, il s’est enfui»

Joachim Coens BELGA

De nouvelles élections n’offriraient pas la solution pour les chrétiens-démocrates mais la confiance a été endommagée a déclaré Joachim Coens.

De nouvelles élections n’offriraient pas la solution, a déclaré Joachim Coens dans l’émission De Ochtend sur Radio 1 (VRT) samedi matin. Le CD&V semble s’accrocher à l’idée d’un prochain gouvernement fédéral dont devrait faire partie la N-VA. «Vivaldi reste un compositeur jusqu’à ce jour», selon le président du CD&V.

+ LIRE AUSSI| Pas d’élections, pas de majorité: le blocage pourraît être total

Le parti a vécu la Saint-Valentin avec la gueule de bois, alors que Koen Geens, a dû jeter l’éponge comme informateur après les déclarations de Paul Magnette sur son refus de monter dans un gouvernement PS-N-VA. «Quand est venu le temps de s’embrasser, il s’est enfui», a déclaré Joachim Coens.

La déception est grande vis-à-vis du PS: «La confiance a été endommagée, nous n’avons pas l’envie d’aller plus loin, d’essayer encore».

Y a-t-il une chance de former une coalition Vivaldi, sans la N-VA mais avec le CD&V? «Vivaldi reste un compositeur à ce jour», a répliqué le président du CD&V. «Nous devons réfléchir ce week-end. Il reste plusieurs options sur la table. Ce pays a besoin d’un budget et les défis sont énormes.»

«La population a fait son choix au mois de mai. Les politiques doivent maintenant travailler avec les cartes qui ont été distribuées». «Les élections ne sont pas une solution», a conclu Joachim Coens.