TRIBUNAL DU TRAVAIL

L’ancien conservateur du Musée des Beaux-Arts de Tournai a été débouté

L’ancien conservateur du Musée des Beaux-Arts de Tournai a été débouté

Jean-Pierre De Rycke a été dix années durant le conservateur musée des Beaux-Arts de Tournai. ÉdA

Licencié de sa fonction de conservateur du musée des Beaux-Arts de Tournai après dix années de service, Jean-Pierre De Rycke a intenté un procès à la Ville de Tournai pour licenciement déraisonnable.

M. De Rycke a bien touché des indemnités de licenciement classiques (il ne s’agit pas d’une mise à pied pour faute grave) mais il estime que son éviction ne repose sur rien d’autre qu’une volonté de vengeance à son égard. Vengeance liée à certaines de ses prises de position, notamment dans le cadre d’un concours d’architecture en vue de la rénovation et de l’extension du musée.

En conséquence de quoi, M. De Rycke, docteur en histoire de l’art, au chômage depuis lors, affirme n’avoir aucune chance de retrouver du travail en Fédération Wallonie Bruxelles. À l’audience du 10 janvier dernier, il a réclamé des dommages pour un montant de 73 000€.

Le Tribunal du Travail de Tournai, présidé par Géraldine Piette, a rendu son jugement ce vendredi 14 février. Il n’a pas suivi M. De Rycke (dont les conseils sont Mes François Behogne et Frédéric Ureel) et estimé que la Ville de Tournai (défendue par Me Anne-Sophie Petit) était dans son droit de licencier une personne avec qui le lien de confiance était rompu.

On en saura davantage sur les motivations précises du jugement dans les prochains jours. M. De Rycke a la faculté de faire appel.