HUY

Il tire dans le magasin Huy Meubles pour récupérer son dû

Il tire dans le magasin Huy Meubles pour récupérer son dû

Le prévenu avait passé une commande d’une valeur de 800€ qui n’avait jamais été livrée. Heymans

Poursuivi pour tentative de meurtre, il écope de 2 ans avec sursis probatoire pour menaces par geste ou emblème.

Tentative de meurtre, extorsion de fonds et port d’armes. Des préventions lourdes de conséquences sur un casier judiciaire encore vierge. Et pourtant, c’est ce qui était reproché à un jeune éducateur de Jambes.

Fatigué d’attendre ses meubles dont il ne voit pas la couleur depuis des mois, il décide de se rendre, le 19 janvier 2019, accompagné d’un ami, au magasin Huy Meubles, désormais en faillite.

Là, après avoir reçu une tasse de café au visage, il retourne à son véhicule pour s’emparer d’une arme, malgré l’instance de son ami qui tente de l’en dissuader. Une fois dans le magasin, il tire à deux reprises, sans faire de victime. Il reprend ensuite son véhicule. Et se rendant compte de son erreur, il se livre à la police de Namur le soir même.

Du côté du ministère public, on estime que tant la tentative d’extorsion que la tentative de meurtre sont établies. En se présentant, dans un premier temps, armé d’une barre de fer en compagnie d’un ami, «il compte bien récupérer les 800€ qu’il a déjà versés». Vient ensuite la scène de tirs. Pour la substitute Céline Vercheval, «en tirant deux fois, il ne s’agit plus de faire peur mais bien de se venger». Elle avait d’ailleurs requis 4 ans, sans s’opposer au sursis probatoire.

Une requalification mais pas d’acquittement

C’est la défense du prévenu, Me Devaux, qui a sollicité la requalification des faits en menaces par geste et l’acquittement pour ce qui est des tentatives de meurtre et d’extorsion. La requalification est obtenue mais pas l’acquittement. Le prévenu écope de 2 ans avec sursis probatoire d’une durée de 3 ans. Il devra, en outre, se soumettre à une série de conditions. Parmi celles-ci, il devra poursuivre le suivi psychologique déjà entamé et s’inscrire dans une formation Arpège-Prélude qui vise la responsabilisation des adultes auteurs de vols et d’agression.