LIÈGE

Viol collectif diffusé sur Snapchat à Liège: les deux majeurs restent en prison

Viol collectif diffusé sur Snapchat à Liège: les deux majeurs restent en prison

La détention préventive des deux auteurs présumés d’un viol collectif a été confirmée. Belga

Le tribunal correctionnel de Liège a décidé mercredi de prolonger la détention préventive des deux auteurs d’un viol collectif commis sur une jeune fille âgée de 16 ans. Un viol qui avait été diffusé sur Snapchat. Leurs avocats avaient introduit des requêtes de mise en liberté dans l’espoir d’obtenir leur libération avant même le prononcé du jugement.

Des peines de 7 ans de prison avaient été requises contre les deux prévenus lors des débats au fond dans ce dossier. Les faits avaient été commis avec la complicité de cinq mineurs d’âge mais seuls les individus majeurs avaient comparu devant le tribunal.

La jeune fille âgée de 16 ans avait déposé plainte en exposant qu’elle avait été victime de ce viol collectif la nuit du 30 au 31 mars 2019 à Chaudfontaine lors d’une soirée organisée chez un garçon âgé de 13 ans.

Sept auteurs avaient été impliqués dans la scène de viol qui avait duré plus de trois heures. La victime était inconsciente après avoir été obligée de consommer de l’alcool et des stupéfiants lorsqu’elle avait été abusée par deux adultes âgés de 18 ans et par cinq mineurs âgés de 13 à 17 ans.

Les débats avaient été reportés dans l’attente de la réalisation d’un rapport permettant de déterminer si les prévenus étaient accessibles à des mesures probatoires. La prochaine audience est prévue le 6 mars. Dans l’intervalle, les avocats des prévenus ont déposé des requêtes de mise en liberté pour leurs clients qui ne souhaitent plus rester en prison avant le prononcé du jugement.

Le tribunal a rejeté leurs demandes et a confirmé la détention des deux prévenus.