TC NIVELLES

Plus de 12 ans de prison requis pour des plants de cannabis découverts à Perwez

Plus de 12 ans de prison requis pour des plants de cannabis découverts à Perwez

Un total de plus de 12 ans de prison a été requis mardi devant le tribunal correctionnel du Brabant wallon à l’encontre de six prévenus, poursuivis pour une plantation de cannabis découverte lors d’une perquisition menée à Perwez le 24 mars 2017. BELGA – DIRK WAEM

Un total de plus de 12 ans de prison a été requis mardi devant le tribunal correctionnel du Brabant wallon à l’encontre de six prévenus, poursuivis pour une plantation de cannabis découverte lors d’une perquisition menée à Perwez le 24 mars 2017.

Sur base d’informations du voisinage, alerté notamment par la présence de tuyaux et l’odeur de cannabis qui émanait d’une maison, la police a débarqué le 24 mars 2017 dans une habitation de l’avenue Wilmart, à Perwez.

Soupçons confirmés: une bonne partie des pièces de cette vaste demeure était dédiée à la culture du cannabis.

Plus de 450 plants, qui allaient bientôt pouvoir être récoltés, ont été comptés. Lors de cette perquisition, les policiers sont aussi tombés sur Gaëlle, qui avait signé le bail avec le propriétaire des lieux en décembre 2016.

Cette dame née en 1989 était la «jardinière» de l’organisation: elle était chargée de s’occuper des plantes. Dans une pièce de vie à l’étage se trouvait son plus jeune fils, âgé de trois ans.

Plus de 2,5 kg d’héroïne

Interpellant: dans une autre pièce, juste à côté, les enquêteurs ont mis la main sur cinq pains d’héroïne, pour un poids total d’un peu plus de 2,5 kg.

La «jardinière» était plutôt surqualifiée: universitaire, diplômée en sciences politiques, elle travaillait à l’époque au SPF Finances. Entendue, elle a confirmé qu’elle s’occupait des plants, et que ceux-ci n’avaient pas encore été récoltés. Connaissant des soucis financiers, elle voulait rembourser ses dettes et comme elle consommait aussi du cannabis, le moyen était tout trouvé…

Exploitation des données GSM

Encore fallait-il savoir comment le matériel professionnel installé sur place avait été acquis, puis placé. À ce sujet, Gaëlle n’était pas très loquace mais l’exploitation de son GSM a permis de remonter la piste.

Mardi, sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel, elle était assise en compagnie de cinq autres prévenus dont Saber B., le père de ses enfants dont elle est divorcée, et Yassin O, son compagnon de l’époque.

Philippe R., responsable d’un magasin spécialisé dans l’horticulture à Ixelles, ainsi que Khalid B, l’électricien qui a travaillé sur place pour augmenter la puissance de l’installation, étaient poursuivis également.

Plus de 12 ans requis contre la bande

Le ministère public estime que Yassin O. et son ami Soufiane H. – qui a avancé 20 000€ pour financer l’installation – étaient les dirigeants de l’association. Saber, lui, est en aveux d’avoir amené sur place l’héroïne, qui devait également être vendue.

Trois ans d’emprisonnement ont été requis contre Gaëlle, que son avocat a décrite comme la victime trop fragile de Yassin O.

Au total, plus de 12 ans de prison ont été requis contre la bande.

Jugement le 10 mars.