FOOTBALL

Alain Rorive restera à Wanze/Bas-Oha

Alain Rorive restera à Wanze/Bas-Oha

À Wanze/Bas-Oha, l’association Jean-Yves Mercenier - Alain Rorive est reconduite. Yves Bircic

Une semaine après Jean-Yves Mercenier, c’est Alain Rorive qui a confirmé sa présence dans le staff des Sucriers.

Fin du suspense concernant l’avenir d’Alain Rorive du côté de Wanze/Bas-Oha. Le T2 a pris le temps d’étudier la proposition du club et de lui aussi faire part de ses envies. Résultat, un dénouement positif pour les deux parties avec une prolongation de contrat pour l’ancien coach de Huy. «C’était évidemment notre souhait depuis le départ, confie Éric Forêt, dirigeant du club wanzois. Tout le monde au sein du club voulait voir continuer le duo ensemble la saison prochaine car on voit que ça fonctionne très bien.»

Pour le T2, c’était aussi le choix logique. «Dès le départ, j’avais envie de rester mais je voulais aussi que la situation me convienne quant à ma vie privée, explique Alain Rorive. J’étais venu avec une proposition et le club est revenu ce mardi avec une autre, qui me va tout aussi bien. Il n’y a donc aucune raison de ne pas prolonger.» Car l’entraîneur adjoint se sent bien chez les Sucriers et n’a pas envie de faire un pas de côté. «À 53 ans, je peux continuer, affirme-t-il. D’ailleurs, je pense que si je m’arrête maintenant, j’aurais du mal à me relancer. Je m’amuse encore très bien et je prends du plaisir à Wanze/Bas-Oha et dans mon duo avec Jean-Yves.»

Et le rôle du T2 ne devrait pas changer pour le prochain exercice. «On devrait repartir sur les mêmes bases qui fonctionnent bien comme cela, avance Alain Rorive. Jean-Yves est toujours capable de jouer et, même si on monte en D3, il aurait toujours sa place sur le terrain. On devrait donc toujours me voir coacher l’équipe le week-end avec Jean-Yves sur le terrain.»

Une semaine après la confirmation de Jean-Yves Mercenier, le comité wanzois sait désormais sur quel pied danser vis-à-vis de son staff. «On voulait absolument quelqu’un avec Jean-Yves, même si son corps devait l’empêcher de jouer la saison prochaine, termine Éric Forêt. C’est encore mieux si on peut continuer avec Alain et, qu’on soit clair, si Jean-Yves devait s’arrêter de jouer, ça ne remettrait aucunement la place d’Alain en question.»La stabilité sera de mise la saison prochaine, que ce soit en P1 ou en D3.

Les joueurs seront les prochains à se mettre à table.