TOURNAI

Tournai: étonnant éventail de chorégraphies

Le Ballet du Hainaut a proposé un formidable éventail chorégraphique le week-end passé.

L’église Saint-Jacques, construite au XIIIe siècle, a accueilli pour la seconde fois la troupe du Ballet du Hainaut le week-end passé, pour conjuguer les talents et la foi en la beauté de l’art chorégraphique.

La danse classique imaginée par Stefania Brogno, montée comme le spectacle donné jadis par ce même Ballet dans les jardins de l’hôtel de ville de Tournai, a vu la section «théâtre» d’Alain Duval assurer une mise en scène léchée, souffrant néanmoins d’un manque de sonorisation. Au-delà du cinquième rang, l’audition du jeu d’acteurs était inaudible!

Fort heureusement, les danseuses et danseurs du Ballet du Hainaut ont gommé ce manquement de sonorisation par une représentation de qualité qui a ravi quelque 400 personnes.

Quel talent!

La composition néoclassique de Jordan Lysen, le directeur artistique de la compagnie, a fait résonner le contemporain dans ce qu’il a de plus exaltant et a recueilli un succès mérité. Après Olivia Bertrand, directrice artistique de l’école, dans un (trop) long tableau où l’amour bestial était aussi passionnel que violent, Jordan Lysen a fait montre de son talent, non seulement de danseur, mais aussi de chorégraphe dans un tableau envoûtant à souhait, intitulé «Le reste». «Que se passe-t-il après avoir perdu quelqu’un ou quelque chose? Que reste-t-il?», s’interrogeait-il. Des chorégraphies à chaque fois appréciées par le maître des lieux, Jean-Jacques Van Velthem, dont les premiers contacts avec un atelier de danse remonte à 50 ans déjà! C’est dire si son école et sa compagnie, dont il assure toujours la direction artistique, sont une valeur sûre à Tournai. Mais que se passera-t-il une fois que les «grandes» – entendez les fondatrices – de la compagnie ne seront plus là?

Pauline Fabrizzio (très en vue ce week-end) l’a bien compris, en se tournant résolument vers le moderne, et délaissant le classique. N’est-ce pas là la base de tout? Peu importe…

«La danse, qu’elle soit contemporaine ou classique, laisse s’exprimer tous les mots que la parole ne peut dire…»

069 21 35 54