Yaobou est un petit village de 7 000 habitants, situé au sud de la Côte d’Ivoire, à 85 km d’Abidjan. Yobou signifie «village de Yao» qui était le fils du fondateur du village Nanan N’Goh, issu du Ghana.

Depuis de nombreuses années, ce village est aidé par le Père Marius, aujourd’hui curé de la paroisse Saint-Antoine de Sart-Messire-Guillaume près de Court-St-Étienne. C’est ainsi qu’il a mis en place une poissonnerie, un fonds de soutien aux projets des femmes, la formation des jeunes aux petits métiers, des dons de médicaments et le transport de dons de vêtements.

En 2017, dans le cadre des liens entre Marius Hervé et ses amis belges, Catherine Degembe, ses enfants et ses amis ont été accueillis pendant trois semaines dans le village de Yaobou. Ils y ont découvert les habitants, leur histoire et leurs coutumes. Ils ont également été sensibilisés à leurs soucis quotidiens et aux besoins qu’ils rencontrent.

De retour en Belgique, Catherine et Marius décident de créer l’ASBL Yaobou Biya (littéralement Merci Yaobou). Le but de l’ASBL est de donner une base solide au soutien apporté au village. Catherine Degembe est la présidente de l’association tandis qu’Hervé N’guessan en est le vice-président et Patricia Quirin, la secrétaire.

En 2018, le Père Marius cède un terrain de 35 ares à l’ASBL Yaobou Biya et dès ce moment, la concertation avec les villageois et les différents notables du village démarre. Les priorités sont définies en commun en tenant compte des besoins et des budgets. Les besoins du village sont multiples, à savoir un dispensaire, une crèche, une cantine/cuisine, une école technique. Les coûts sont constamment étudiés et revus en fonction des budgets disponibles. Différentes activités sont organisées par l’ASBL pour récolter des fonds.

Yaobou Biya sur Facebook.