Le 22 février prochain, Kain soufflera les bougies de son 31e carnaval. Un rendez-vous toujours très attendu par les Kainoises et les Kainois, bien évidemment, mais également par toutes celles et tous ceux qui souhaitent partager un excellent moment en famille.

«Car c’est bel et bien là «la marque de fabrique» de notre carnaval»», confient de concert les membres du comité des ArleKains. «Et quand nous disons «notre carnaval», nous pensons également à la cinquantaine de bénévoles qui nous épaulent pour la préparation, l’encadrement et aussi pour l’après-Carnaval. Car là non plus le travail ne manque pas.»

À Kain, le carnaval, c’est donc une histoire de famille et en famille depuis 1989.«À l’époque, le carnaval regroupait environ 150 personnes. Mais le curé souhaitait aussi des «référents» pour encadrer ce petit monde. Un petit groupe s’est constitué… Et le Carnaval fut lancé…»

Aujourd’hui, le cortège des familles rassemble plus d’un bon millier de participants… «À l’époque, les groupes démarraient de Kain-Centre pour se rassembler à Kain-la-Tombe. Mais vu l’engouement, on a dû rapidement se rendre à l’évidence que la salle paroissiale deviendrait trop exiguë. Et nous avons déménagé vers le Collège de Kain. Depuis, nous avons établi un rituel qui propose un goûter pour les enfants ainsi qu’un spectacle gratuit mêlant tours de clowns, de magiciens, marionnettes et on en passe. Mais, ce qui est le plus important à nos yeux, c’est que le caractère familial prédomine. À Kain, on vient au Carnaval en famille. et on fait ce que l’on veut. Aucun thème particulier n’est proposé. Ce qui signifie qu’on se déguise comme on veut. et on peut ainsi se concocter son propre costume sans se ruiner.» Ce sera encore le cas ce 22 février… une date magique: 22 02 20 ou 220 220, le code magique pour un carnaval qui l’est tout autant…