TOURNAI

Le Tournai d’avant: chandelles, mythologie et coucoubaques

Fête multiple car s’ouvrant tant dans les sanctuaires que dans la plupart des demeures, la Chandeleur pérennise une tradition très, très ancienne. Qui s’en souvient en dégustant les crêpes?

C’est par la protection de la nature que l’on associe dieux et déesses dans les mythologies grecque et romaine. Là-haut, dans l’Olympe, gravite un monde merveilleux qui eut ses adorateurs.

Voici Pan, fils, selon Hérodote, De Zeus – ou Jupiter – le maître des lieux et d’une fille de Dryops (d’où les dryades ou chêne, liées aux arbres et à la nature). À sa naissance, Pan est si laid avec ses cornes, sa queue et ses pieds de bouc que sa mère s’enfuit, l’abandonne à son son père le portant alors dans l’Olympe, le royaume des dieux. Pan y vit parmi les nymphes qu’il courtise tout en les effrayant, en devenant le protecteur de leur cadre de vie, des bergers, des bois; il crée pour elles divers instruments de musique dont il demeure la syrinx ou flûte de Pan qui rythme les cortèges où se dégustent, liquides et solides, les produits de la terre..

Voici, non liée à Pan, Perséphone (Proserpine à Rome). Elle est fille de Zeus mais surtout a pour mère Demeter, la déesse-mère, détentrice de la fécondation dans la nature. Dans sa vie légendaire, Perséphone sera condamnée à vivre successivement aux Enfers dont elle est la reine, ce qui correspond à l’automne et à l’hiver, et sur la terre dont elle assurera alors le renouveau, donc le printemps et l’été.

Durant les fêtes qui lui rendent hommage, les fidèles mangent des galettes de céréales, en symbole de ses pouvoirs sur la fertilité. La mythologie n’est plus que dans les livres, les galettes sur nos tables.

Lumière

Une dernière fête païenne survivait encore en ce cinquième siècle sous la forme des Lupercales, hommage au dieu de la nature Faunus; elle se déroulait dans la grotte appelée «lupercal». C’était, le 15 février, la fête de la purification.

Voilà qui ne plaisait guère au pape, (de 392 à 496) Gélase 1er. Lequel, en 494, décida de christianiser les Lupernales en les joignant avec la présentation de Jésus au temple, fête de la lumière en raison des paroles de Siméon: «Cet Enfant sera la lumière des Nations»

Traditionnellement depuis, chaque fidèle faisait bénir une chandelle qu’il ramenait à la maison et n’allumait qu’en certaines circonstances, lorsqu’un danger menaçait,, tel l’orage.

Il demeure de tout cela cette tradition de manger des crêpes lors de la Chandeleur. Surtout, n’oubliez pas de les pétrir avec la «fleur de bouquette» soit la farine la plus fine et de vous rappeler que «celui qui ne mange pas de coucoubaques à la Chandeleur pissera cron toute l’année».


Nos dernières videos