EMPLOI

Vaste plan de restructuration chez GSK: «Une situation extrêmement grave qui retient toute l’attention de notre gouvernement»

Vaste plan de restructuration chez GSK: «Une situation extrêmement grave qui retient toute l’attention de notre gouvernement»

«C’est une annonce terrible. Chaque emploi sauvé sera une victoire», a réagi la ministre régionale de l’Emploi, la socialiste Christie Morreale. EdA - Jacques DUCHATEAU

«Un séisme et un drame pour toute la Wallonie»: les réactions politiques se multiplient depuis l’annonce du plan de restructuration chez GSK.

 

 

La restructuration annoncée ce mercredi midi par GSK, qui a notamment fait part de son intention de supprimer 720 emplois, constitue «un coup rude» pour l’emploi régional, a regretté de concert le monde politique wallon alors que le couperet est tombé quelques minutes à peine avant le début de la séance plénière du parlement régional.

«C’est une situation extrêmement grave qui retient toute l’attention de notre gouvernement», y a ainsi souligné le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus (MR) en assurant que l’exécutif fera tout pour réduire au maximum le nombre de licenciements. «Mais GSK, c’est aussi 500 millions d’investissement et 9.500 emplois. Notre réaction doit être adaptée», a-t-il ajouté.

 

C’est une annonce terrible. Chaque emploi sauvé sera une victoire

 

«C’est une annonce terrible. Chaque emploi sauvé sera une victoire», a renchéri la ministre régionale de l’Emploi, la socialiste Christie Morreale.

Le gouvernement wallon aura un entretien, ce jeudi après-midi, à l’Élysette, avec l’administrateur délégué de GSK avant une rencontre, vendredi, avec les représentants des travailleurs, a de son côté confirmé le ministre-président régional, Elio Di Rupo.

Une réaction rapide saluée par le député wallon Écolo Manu Di Sabato, selon qui «il faut mobiliser l’ensemble des forces vives wallonnes tout en étant aux côtés des travailleurs», y compris ceux qui occupent un emploi indirect et «dont on parle moins».

 

Un séisme et un drame pour toute la Wallonie

 

«La restructuration chez GSK est un séisme et un drame pour toute la Wallonie», a pour sa part estimé André Antoine (cdH).

«Nous nous devons d’être du côté des travailleurs pour minimiser au maximum l’impact de la décision du management», a quant à lui affirmé, sur Twitter, le chef de groupe du MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl.

 

GSK fait plus de 500 millions d’euros de bénéfices et la loi lui permet de limiter ses impôts à 0,1%

 

Quant au PTB, il a rappelé le peu d’impôts que paie la multinationale. «GSK fait plus de 500 millions d’euros de bénéfices et la loi lui permet de limiter ses impôts à 0,1%. À quand une loi pour interdire à des boîtes comme #GSK de licencier? «, s’est ainsi interrogé, sur Twitter, le chef de file de l’extrême-gauche au parlement régional, Germain Mugemangango.


Nos dernières videos