BELGIQUE

L’annonce est tombée chez GSK: 720 emplois et 500 CDD menacés d’ici à 2023

GSK, le plus gros employeur privé de Wallonie, a tenu un conseil d’entreprise extraordinaire ce mercredi, au cours duquel il a annoncé un plan de transformation qui impactera l’emploi de plusieurs centaines de travailleurs.

GSK a annoncé aujourd’hui un nouveau programme de deux ans pour préparer la séparation du groupe GSK en deux nouvelles sociétés: une centrée sur le biopharmaceutique et une nouvelle société de la santé grand public.

Suite à cette réorganisation, plusieurs centaines d’emplois sont menacés en Belgique. Il s’agit d’un «maximum de 720 employés chez GSK Vaccines en Belgique, dont majoritairement des cadres», écrit l’entreprise dans un communiqué.

Sur les 720 emplois menacés, on parle de 595 cadres, selon les chiffres que nous avons obtenus auprès des délégués syndicaux.

En outre, 215 contrats temporaires ne devraient pas être renouvelés d’ici à 2021. Mais au total, d’ici à 2023, ce sont 500 CDD qui ne devraient pas être renouvelés, toujours selon une source syndicale.

Pas de départements épargnés

L’annonce est tombée chez GSK: 720 emplois et 500 CDD menacés d’ici à 2023
-
Plusieurs départements de l’organisation «vaccins» en Belgique sont concernés par ce projet de transformation, y compris les opérations de la R&D (recherche et développement), de la fabrication et du service qualité, ainsi que les fonctions globales de support.

Dans son plan, la société évoque le renforcement de l’automatisation de ses unités de production de vaccins ainsi qu’une simplification de l’organisation.

Les partenaires sociaux de GSK ont été informés de la proposition aujourd’hui et la phase de consultation de la procédure Renault devrait être lancée, même si moins de 10% des travailleurs sont concernés par le plan.

 

 

«GSK entend réduire au maximum la période d’incertitude, en concertation et collaboration avec les partenaires sociaux», écrit encore l’entreprise.

Gunes Imdat, délégué principal des ouvriers (FGTB) au sein de l’entreprise, rappelle également que depuis trois ans quelque 320 ouvriers sous contrat temporaire ont déjà quitté l’entreprise.

GSK annonce également que, dans les prochaines années, elle augmentera ses investissements en R&D pour accélérer le développement et la mise sur le marché de nouveaux vaccins. La direction a l’intention d’investir plus de 500 millions d’euros en Belgique au cours des trois prochaines années.

 

Le gouvernement wallon rencontrera direction et syndicats avant la fin de la semaine

Le gouvernement wallon s’entretiendra jeudi, à l’Élysette, avec l’administrateur délégué de GSK Vaccines avant une rencontre avec les représentants des travailleurs vendredi, a indiqué Willy Borsus (MR), le ministre wallon de l’Économie, en marge de la séance plénière du Parlement de Wallonie.

«C’est une situation extrêmement grave qui retient toute l’attention de notre gouvernement», a souligné Willy Borsus. «Dès cette annonce, nous nous sommes concertés avec le ministre-président Elio Di Rupo et la ministre wallonne de l’Emploi Christie Morreale afin d’avoir une réaction adaptée car GSK, c’est aussi 500 millions d’euros d’investissements et plus de 9.000 travailleurs», a-t-il ajouté.

Objectif de l’exécutif régional: «réduire au maximum, grâce à la Loi Renault mais aussi à travers nos contacts, l’impact sur l’emploi», a encore expliqué le ministre.

«Chaque emploi sauvé sera une victoire», a renchéri Christie Morreale. «Nous ferons tout pour travailler de concert au niveau de l’emploi, de l’économie et dans l’intérêt de la Wallonie», a-t-elle conclu.