SANTÉ

e-Health, la plateforme qui inquiète le Collège de médecine générale

e-Health, la plateforme qui inquiète le Collège de médecine générale

BELGA

Le Collège de médecine générale a adressé une lettre suite à une panne majeure survenue la semaine passée. Ce n’était pas la première.

Le Collège de médecine générale (CMG) a adressé mardi une lettre ouverte à la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, pour lui faire part de ses inquiétudes quant au système e-Health, la plateforme électronique d’échange de données médicales. Celle-ci a connu une panne majeure la semaine dernière, «qui n’était pas la première du genre», insiste cet organisme rassemblant les représentants de la médecine générale francophone. Le CMG sollicite une rencontre avec la ministre et exige un moratoire sur les évolutions informatiques «tant que le système n’est pas fiable à 99,9%».

La plateforme e-Health «rend possible l’ensemble des services électroniques de santé» en Belgique, explique le CMG. Un système qui ravit les médecins, espérant pouvoir gagner du temps et de l’efficacité. Mais «les pannes à répétition» ont tué leurs espoirs dans l’œuf. «Elles impactent le quotidien de médecins généralistes surmenés, de pharmaciens confrontés alors à des difficultés sans nom, de patients déboussolés devant les changements permanents, et d’autres professionnels de santé comme les dentistes ou le secteur infirmier», dénonce le CMG dans sa lettre ouverte.

Plusieurs avertissements déjà communiqués

Le Collège souligne que la ministre De Block a déjà été avertie à plusieurs reprises des failles du système «sans pour autant que l’on puisse constater un réel changement sur le terrain». Au contraire, l’informatisation poursuit sa course folle, dénonce la lettre ouverte.

«Après le temps de l’imposition et des contraintes, il nous semble sain d’y ajouter le temps de l’écoute bienveillante, de la confiance et de la collaboration. La qualité des soins procurés aux patients en dépend», insiste le Collège, qui sollicite une rencontre avec Mme De Block. Il exige également un moratoire sur «les évolutions et les contraintes informatiques tant que le système n’est pas fiable à 99,9%».

Nos dernières videos