Dictée du Balfroid: le tiers des participants à Liège qualifié

Dictée du Balfroid: le tiers des participants à Liège qualifié

Cinquante jeunes Liégeois prendront part à la finale le 9 mai à Namur. Yves Bircic

De nouveau, une bonne cuvée que celle de la demi-finale à Liège qui s’est faite l’amie des oiseaux.

Comme la semaine dernière, passons en revue les copies des meilleurs.

– sillonné: premier et unique participe passé de ce type, employé avec l’auxiliaire avoir, ne s’accorde pas, vu que son complément direct (ciel) est placé derrière et deux «n» lui sont nécessaires.

– préférons: dommage d’oublier le deuxième accent aigu.

– fruitiers, fruitières, «er».

– fait partie, un «e» final.

– dire est à l’infinitif.

– pollué: deux «l»; beaucoup de doubles consonnes ont été oubliées.

– même: adverbe, donc invariable.

– voilà: accent grave sur le «à».

– volées: une volée, des volées.

– détectent: un seul accent aigu sur le premier «e» est nécessaire.

– poussent: le sujet «arbres» est derrière; au pluriel, troisième personne du présent du verbe pousser.

– prêts: adjectif qualificatif, s’accorde avec les noms auquel il se rapporte, soit «merles et mésanges»; masculin pluriel.

– air: au singulier.

– dépasse: troisième personne du singulier; son sujet est «Dire».

– chacun, pronom indéfini, au féminin «chacune» avec «c» et non «qu».

– scientifiques: «f» et pas «ph».

– phénomène: par contre, celui-ci a bien un «ph».

– surpris est un participe passé et non un verbe conjugué; surpris, surprises. Ils ont surpris qui? nous.

– Là: adverbe, accent aigu.

– ramage: un seul «m» lui suffit.

– rares se passe d’un accent circonflexe.

– Dès que: accent grave.

– mésanges: pour la bonne prononciation, ne prend qu’un «s» central.

– nous préférons: avec nous, il faut «s» et non «t».

– abandonnés: deux «n».

– Les oiseaux qui ont; ont, troisième personne du pluriel du verbe avoir, au présent de l’indicatif.

– les moindres: le «les» indique le pluriel, donc «s».

– les merles: sans accent, car le «e» devant une consonne se prononce «è».

– petits êtres: deux mots distinctifs; pas de trait d’union, ce n’est pas «peut-être»!

– moineaux: «eau», comme tableau, manteau…

Ces erreurs récurrentes ont été sélectionnées dans les copies des qualifiés. Sillonné a eu le pompon!

Bon travail préparatoire aux élèves du Brabant Wallon qui se présenteront à Braine-l’Alleud, le 15 de ce mois.

La dictée: «Pas un oiseau»

Dans certains jardins, on observe le silence. Pas un oiseau n’a été repéré. Les rares oiseaux qui ont sillonné le ciel nous ont surpris.

Comment expliquer ce phénomène? Les scientifiques parleront d’air pollué. Là où poussent des arbres fruitiers, c’est un peu différent. Dès que pointent les premières cerises, même vertes, voilà les merles et quelques mésanges prêts à se régaler.

Le ramage de ces petits êtres fait partie du paysage. Dans les campagnes, des volées de moineaux détectent les moindres grains abandonnés. Dire que nous préférons cela dépasse le souhait de chacun.

Les dix mots: un ajonc (arbrisseau épineux); un anachorète (ermite); un anathème (condamnation publique); un arpège (accord musical); le bariolage; une bigarrure (assemblage de couleurs); un cliquet (petit levier); un cyclamen (fleur); une diatomite (roche abrasive); démystifier (détromper).