BREXIT

Un échec à conclure un accord commercial, une menace existentielle pour l’Irlande

Un échec à conclure un accord commercial, une menace existentielle pour l’Irlande

AFP

Pour le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, un accord est essentiel pour l’économie du pays.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a souligné vendredi «la menace existentielle» que constituerait pour l’économie irlandaise un échec à conclure un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Vendredi à minuit, le Royaume-Uni sortira officiellement de l’Union européenne. Si les Britanniques disparaîtront des instances européennes, ils devront toutefois suivre les règles de l’Europe jusqu’à la fin de l’année. Cette phase de transition doit permettre à Londres et Bruxelles de définir leur nouvelle relation.

Ces négociations sont cruciales et en particulier pour la République d’Irlande, qui partage une frontière avec l’Irlande du Nord, région appartenant au Royaume-Uni. Une frontière sensible, qui plus est chargée d’Histoire conflictuelle.

«Nous avons besoin de cet accord»

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a rappelé une nouvelle fois vendredi que si les négociations commerciales échouaient, cela constituerait «une menace majeure, et une menace existentielle pour notre économie en 2021». «Nous avons donc besoin de cet accord», a insisté le dirigeant.

Les discussions entre Londres et Bruxelles pourraient débuter fin février. Ce sont surtout la pêche, la protection de l’environnement, la politique relative au marché du travail et les règles relatives aux aides d’État qui donneront du fil à retordre aux négociateurs. L’Union européenne veut une relation étroite avec la Grande-Bretagne, mais seulement à la condition que les entreprises européennes et britanniques soient sur un pied d’égalité.