RALLYE

Accident de Tanak au Monte-Carlo: «Pas vraiment l’endroit où sortir»

Accident de Tanak au Monte-Carlo: «Pas vraiment l’endroit où sortir»

De l’avis général des Ogier, Neuville ou Loeb, cela ne passait pas vraiment à fond. La preuve... -

L’accident de l’Estonien Ott Tanak a marqué les esprits, ce vendredi au Monte-Carlo.

La première vraie journée du Monte-Carlo, et donc le début de la saison, ont été marqués la violente sortie de route de l’Estonien Ott Tänak, vendredi matin. Un accident très spectaculaire à très haute vitesse (plus de 180 km/h) qui a projeté la Hyundai dans le bas-côté, à flanc de montagne, l’entraînant dans une interminable série de tonneaux avant d’atterrir sur une petite route en contrebas.

Si Tanak et son copilote Martin Järveola sont sortis indemnes de l’épave de leur i20 WRC (quels progrès, quelle efficacité de la cellule de survie!), le duo a néanmoins été héliporté par prudence vers l’hôpital de Gap pour divers examens et l’équipage y restera en observation jusqu’à ce samedi matin.

Neuville: «Nicolas avait déjà la trouille en reconnaissances»

Et si chacun se félicite de l’absence de blessures, l’accident a marqué les esprits.

« Honnêtement, ce n’était pas le bon endroit pour sortir de la route, relève Sébastien Ogier le sextuple champion déchu qui a pris la place de l’Estonien chez Toyota. C’est l’une des portions les plus rapides de la spéciale, voire du rallye, avec une compression visiblement à la base de sa sortie. Mais le principal, c’est qu’ils n’ont rien, évidemment».

Thierry Neuville a aussi été marqué par la sortie de son nouvel équipier chez Hyundai, 4e du rallye à cet instant.

«D’abord, j’ai été très soulagé d’apprendre qu’ils étaient OK. Ce fut un gros crash, à haute vitesse, relève le Saint-Vithois. Ok, cela fait partie du métier, mais c’est bon de les avoir vus sortir indemnes d’une telle cabriole. Je vois très bien l’endroit où cela s’est passé: c’est un truc quasi à fond, même si moi je ne l’ai pas pris pied au plancher. Nicolas (Ndlr: Gilsoul, son copilote) avait déjà des appréhensions («la trouille», sic) en reconnaissances assurant qu’il n’était pas question de passer à fond là. Et il avait raison car si en termes de virages, ça passe à fond, il y a une bosse qui jette l’auto dehors et on a vu avec Tanak ce que cela pouvait donner…».

Aussi pilote Hyundai, le recordman des titres mondiaux (9), Sébastien Loeb a aussi partagé ses impressions: «C’est un endroit abordé très vite en 6e vitesse mais pas toute à fait à fond, car très bosselé. Ott a dû être un poil trop optimiste et cela a dû suffire à déstabiliser l’auto. C’était chaud comme endroit…».