BANDE DESSINÉE

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine

Qui n’a jamais rêvé de passer Noël à Versailles? -

Il faudra vous y faire: le jeudi, c’est le jour de notre sélection bande dessinée. Labiano, Pierre Place, Jul ou encore Hub: voici les 11 choix de la rédaction pour cette grande première.

1Le château de mon père

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
La Boîte à Bulles -
Comme toute sa famille, Henri mène une vie de château… Et pas dans n’importe lequel! Au château de Versailles où son père travaille. Mais grandir dans un palais ne rend pas la vie forcément plus belle, surtout lorsque votre père a décidé de dédier la sienne à cet édifice. En 1887, Pierre de Nolhac est nommé attaché au Château de Versailles afin de veiller sur ses collections, derniers trésors d’une royauté désormais abolie.

Notre avis: magistral

Conçu en collaboration avec le… Château de Versailles, mais aussi une partie de la descendance de Pierre de Nolhac, cet ouvrage collectif vient éclairer un pan méconnu de l’histoire de Versailles, et trouve un fragile mais subtil équilibre entre ambition historique et confessions intimes, celle d’une famille dont la destinée sera entièrement bouleversée par la dévotion du rigoureux conservateur à sa mission. Pardon, son sacerdoce. Un très, très beau livre.

«Le château de mon père», Labat/Veber/Lemardelé/Vitrebert, La Boîte à Bulles, 176 p. n/b, 24€.

+ À LIRE AUSSI | L’article complet consacré au « Château de mon père »

2Le lion de Judah (T.1)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Dargaud -
Dans les années 1920, au Kenya puis en Éthiopie, John Wallace, un colon anglais suspecté de meurtre est arrêté. Envoyé dans une prison dans laquelle il est soumis au travail forcé, il survit dans des conditions éprouvantes avant de réussir à s’échapper. Une mystérieuse femme noire part à sa poursuite, le traquant sans relâche: elle seule sait qui est réellement Wallace et d’où lui vient cette force digne d’un lion!

Notre avis: très prometteur

Un premier tome envoûtant dans lequel un héros d’abord lisse se métamorphose progressivement pour dévoiler un authentique charisme. Labiano-Desberg: on attendait le duo de L’étoile du désert au tournant… et on n’est pas déçu une seconde. À acheter les yeux fermés, mais à lire les yeux grands ouverts.

Livre 1, Labiano/Desberg, Dargaud, 56 p., 15€.

3Epiphania (T.3)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Casterman -
Dans ce troisième tome sans concessions, où l’on suit toujours l’extraordinaire destinée des Epiphanians, cette fois confrontés eux-mêmes à une déferlante de géants venus des entrailles de la terre, Ludovic Debeurme nous dévoile les ambitions révolutionnaires de ce conte fantastique. S’emparant de l’imminence bien réelle des problématiques environnementales et sociétales liées à un système économique à bout de souffle, l’auteur et ses personnages ne font plus qu’un pour nous signifier l’urgence de se réinventer individuellement puis collectivement afin d’imaginer le monde de demain.

Notre avis: intense

Branchées climat postapocalyptique, les éditions Casterman clôturent en beauté la trilogie mutante de Ludovic Debeurne. L’auteur a été jusqu’au bout de lui-même et ses héros, maniant l’étrangeté pour un cri révolté. Intense!

Ludovic Debeurme, Casterman, 136 p., 23€

4Le serpent et la lance (T.1)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Delcourt -
Depuis plusieurs mois, certains paysans découvrent les cadavres momifiés de jeunes femmes sauvagement assassinées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités tentent de dissimuler ces horribles meurtres à leur peuple. L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut fonctionnaire cruel privé de ses deux bras. De son côté, le prêtre Cozatl s’adjoint les services de son ami d’enfance, OEil-Lance…

Notre avis: que du bonheur

Une nouvelle série renversante signée Hub, à qui l’on devait le déjà captivant Okko. Et qui choisit, ici, de se remettre en question avec une nouvelle histoire, un nouveau décor… mais un savoir-faire inchangé. Un auteur complet, qui cumule dessin et scénario avec bonheur, sans jamais se moquer du lecteur – ce premier tome fait plus de 170 pages!

«Ombre-Montagne», Hub, Delcourt, 178 p., 24,95€.

5Un auteur de BD en trop

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Sarbacane -
Daniel, auteur de BD sans grand talent, tombe par hasard sur Kévin, ado amorphe, auteur de quelques planches faites à la va-vite. Sauf que ces planches… sont tout simplement géniales! Ambitieuses, novatrices, magnifiques, intelligentes: le choc est violent pour Daniel, qui subit durement la comparaison. Daniel envoie alors le projet à son éditeur, en se faisant passer pour l’auteur. Aussi enthousiaste que surpris, l’éditeur le signe illico et vise le festival d’Angoulême pour la sortie de l’album… À la clé: quitte ou double! Le succès si ça marche, la honte du plagiat si Daniel se fait prendre…

Notre avis: magistral

Le Festival d’Angoulême commence jeudi, Daniel Blancou ouvre les hostilités avec une autofiction radicale autant que réjouissante, pour parler des conditions abominables conditionnant un métier qui fait pourtant rêver. Magistral.

Daniel Blancou, Sarbacane, 88 p., 22.50€

6Muertos

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Glénat -
Mexique, début du XXe siècle. Une hacienda est subitement prise d’assaut par une horde d’étranges individus, des «calaveras», ces figures écorchées issues du folklore mexicain, hébétées et muettes, qui ne semblent tenir debout que par la pulsion de meurtre qui les anime. Les survivants de l’attaque, jetés sur les routes, forment alors un groupe sans distinction de classes, de milieux, ou d’origines… même si les patrons tentent de demeurer ceux qui donnent les ordres.

Notre avis: virtuose

Des zombies avant l’heure, au cœur d’un récit social de genre assez virtuose, qui fait penser au meilleur de George Romero. Et c’est évidemment un compliment pour son auteur, Pierre Place. Place to be.

Pierre Place, Glénat, 152 p., 25,50€.

7Ratafia Delirium (T.1)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Vents d’Ouest -
Après un sidérant voyage intersidéral, l’équipage du Kouklamoon se retrouve sur une petite planète sans nom, mystérieuse, sauvage et entièrement recouverte d’océans, d’où émerge un petit archipel sans nom au milieu duquel une petite île sans nom cache une petite source sans nom. L’eau qui coule de cette petite source sans nom aurait en revanche un petit nom: l’eau de jouvence. En effet, selon certaines sources (qu’on se gardera ici de nommer), cette eau donnerait, à celui qui la boit, la jeunesse éternelle! Bien entendu, cette petite planète sans nom est aussi une planète sans visiteurs, car qui, dans toute la galaxie, serait assez stupide pour croire à ces gnoleries?

Notre avis: fun

À bord du Kouklamoon, les pirates voyagent dans l’espace en quête de l’eau de jouvence. Un trip à l’humour décalé, dans lequel les zombies côtoient les vaisseaux spatiaux. Vraiment très fun.

Nicolas Pothier & Frederik Salsedo, Vents d’Ouest (Glénat), 48 p. 11,5€.

8Métanoïde

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Glénat -
Condamné à passer le reste de ses jours en fauteuil roulant, le jeune Josh s’évade à travers les merveilles de la science. Et avec son ami Jorgen, scientifique illuminé du quartier, ils ont une passion: observer les étoiles en quête d’une forme de vie extraterrestre. Jusqu’au jour où l’impensable se produit lorsqu’ils captent la réponse à un signal émis par Jorgen 20 ans auparavant. C’est la découverte du siècle: les aliens existent donc bel et bien! Reste à savoir comment l’oncle de Josh, sheriff irascible du comté, sa femme qui ne jure que par les miracles de Jésus et le reste de leur petite communauté au moins aussi ouverte d’esprit vont accueillir la nouvelle.

Notre avis: confus

Un récit initiatique qui commence drôlement bien, mais finit confusément. Graphiquement, c’est impeccable, mais on reste assez circonspect face aux soubresauts du scénario.

Boriau/Plati, Glénat, 144 p. n/b, 16,90€.

950 nuances de Grecs (T.2)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Dargaud -
Le tome 2 de la plongée savante et subversive dans les classiques de la mythologie gréco-latine, la rencontre hilarante entre les mythes fondateurs et notre société contemporaine est toujours aussi passionnante! Avec le mouvement des «toisons jaunes» les Argonautes bloquent les ronds-points à la sortie de Corinthe; le cheval de Troie est remplacé par un Uber, et les déesses excédées par le harcèlement sexuel des Dieux de l’Olympe lancent le hashtag «#MythToo»…

Notre avis: dans la continuité

Leurs héros ont un corps d’homme et une tête d’animal, et vice versa. De même, ce livre mixte des dessins basés sur les jeux de mots à deux balles et des textes sérieux, aux accents philosophiques, sur la mythologie.

Jul/Pépin, Dargaud, 72 p., 19,99€.

10Les joies du sex-toy (T.2)

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Glénat -
Erika et Matthew pensent que le monde du sexe est fabuleux. Avec cette bande dessinée, ils encouragent tou.t.e.s les lecteur. ices à partager leur point de vue et à envisager le sexe de manière positive. Brassant une multitude de sujets, des sex-toys à l’éducation sexuelle en passant par des entretiens avec des professionnels de l’industrie du sexe et plus encore, les auteurs s’efforcent de créer un guide aussi ludique que pertinent pour aider tous les types de genres, corps ou sexualités.

Notre avis: frustrant

Erika et Matthew testent, en couple, les gadgets sexuels les plus fous. C’est totalement décomplexé, semble-t-il objectif, mais, petit souci, ils… n’aiment pas grand-chose. Du coup, ça donne modérément envie.

Nolan/Moen, Glénat, 320 p., 25€.

11Avec ou sans moustache

Le résumé de l’éditeur

Nos 11 coups de cœur BD de la semaine
Grand Angle -
Rochielle a eu du succès au cinéma, il y a 30 ans, avec la trilogie des Copains d’alors. À tel point qu’un producteur a l’idée de reformer l’équipe pour une nouvelle aventure. Oui mais voilà, Rochielle s’est fâché avec tous ses partenaires de l’époque et a quitté le métier. Pourtant la tentation des caméras est forte. L’ancien acteur se rase la moustache et passe le casting en tant que sosie. Fascinée par la ressemblance entre le comédien et Rochielle (et pour cause), l’équipe va se laisser aller à un déballage en règle de tout ce qui s’est dit derrière son dos.

Notre avis: raté

Courty et Efix se plantent royalement dans leur prétention à faire mieux que les comédies françaises actuelles. On vous prévient: ça va vous tomber des mains, que vous ayez une moustache ou pas.

Courty/Efix, Grand Angle (Bamboo), 104 p., 18.90€.