BRUXELLES

Reconstitution du génome de squelettes vieux de milliers d’années

Reconstitution du génome de squelettes vieux de milliers d’années

ULB a notamment travaillé sur le projet. Belga

Des chercheurs de l’université américaine d’Harvard ont reconstitué le génome de quatre squelettes âgés respectivement de 8 000 et 3 000 ans. Une étude à laquelle ont participé plusieurs instances bruxelloises.

L’étude, à laquelle ont pris part des scientifiques de l’Université libre de Bruxelles, du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren et de l’Institut royal des Science naturelles de Belgique, permet d’esquisser pour la première fois différents schémas de dispersion et de différenciation à travers l’Afrique subsaharienne, affirment mercredi ces institutions dans un communiqué commun.

Les squelettes proviennent du site de Shum Laka, au nord-ouest du Cameroun, où ils ont été prélevés dans les années 90. «Il était intéressant d’essayer de retrouver de l’ADN dans ces squelettes et de réussir à en reconstituer le génome pour découvrir de quelles populations actuelles ils pouvaient être les ancêtres», souligne Pierre de Maret, de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’ULB.

«De manière surprenante, ces quatre génomes sont beaucoup plus proches de ceux des autres chasseurs-cueilleurs d’Afrique centrale (pygmées) que de populations d’agriculteurs bantous. Génétiquement, ces quatre individus sont proches du fond de peuplement ancien de l’Afrique de l’Ouest et en même temps, mais dans une moindre proportion, des ancêtres des chasseurs-cueilleurs ‘pygmées’d’Afrique centrale», constate Pierre de Maret.

Publiée dans la revue Nature du 22 janvier, cette étude permet d’esquisser différents schémas de dispersion et de différenciation en quatre lignées principales de populations à travers l’Afrique subsaharienne.


Nos dernières videos