article abonné offert

SOCIÉTÉ

ENQUÊTE | Risque de commotion banalisé chez les enfants qui jouent au foot

ENQUÊTE | Risque de commotion banalisé chez les enfants qui jouent au foot

Chez l’enfant, plus fragile, les conséquences d’une commotion cérébrale peuvent être plus importantes que chez l’adulte. Heymans

Les chocs à la tête au rugby, au football… ne sont pas anodins chez l’enfant et l’adolescent. Ils peuvent provoquer une commotion cérébrale pouvant engendrer des complications si elle n’est pas détectée et soignée correctement.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 31 des 952 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Nos dernières videos