L’aide fournie par la Belgique et la Flandre lors des déportations, «une honte»

L’aide fournie par la Belgique et la Flandre lors des déportations, «une honte»

Jan Jambon a évoqué l’aide fournie par la Belgique lors des déportations. Photo News

Jan Jambon a qualifié lundi, pendant un dîner donné par l’European Jewish Association (EJA) à Cracovie, de «honte dans notre Histoire» l’aide fournie par les autorités belges et flamandes lors des déportations au cours de la Seconde guerre mondiale.

Dans son discours tenu lors de ce dîner, Jan Jambon a fait référence aux plus de 25.000 personnes, principalement juives, qui ont été déportées de Malines vers Auschwitz-Birkenau et dont moins de 5% ont survécu. «Ce qu’il s’est passé pendant la Seconde guerre mondiale ne doit jamais être oublié», a-t-il déclaré.

Il est également revenu sur la question sensible de la collaboration. «Nous ne pouvons pas oublier notre rôle: les autorités belges et flamandes ont volontairement participé à la déportation et à l’assassinat de leurs propres citoyens. C’est une honte dans notre Histoire, une Histoire que nous devons avoir le courage de regarder en face», a poursuivi M. Jambon.

Celui-ci a également souligné l’importance de l’éducation à la mémoire, alors que l’antisémitisme n’a toujours pas disparu en 2020.

«Nous vivons à une époque où des slogans que j’espérais ne plus jamais entendre résonnent soudainement dans nos rues. L’antisémitisme et la haine sous ses multiples formes sont prêchés en Europe. Dans nos villes, des gens sont même à nouveau assassinés parce qu’ils n’appartiennent pas à la bonne religion», a déclaré M. Jambon, faisant notamment référence à l’attentat commis au Musée juif de Belgique, le 24 mai 2014, et qui a coûté la vie à quatre personnes.

Mardi, le ministre-président flamand visitera le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, qui fête les 75 ans de sa libération.