HUY

«Un café avec…» pour papoter sur la société d’aujourd’hui

«Un café avec…» pour papoter sur la société d’aujourd’hui

Le premier sujet des conférences organisées par le PAC? La coopérative lancée par L’Avenir. eda

«Un café avec…»: le PAC de Huy lance un cycle de conférences. Avec une première sur la coopérative du journal L’Avenir.

«Un café avec…». Tout de suite, le nom donné aux conférences que va lancer le PAC (ce mouvement d’éducation permanente) interpelle, séduit. Qui n’aurait pas envie de prendre un café pour papoter?

Le PAC de Huy, nouvellement recréé, a ainsi confié la mission au Hutois Julien André, conseiller communal PS. À lui de développer un cycle de conférences sur des sujets de société, à raison d’une conférence par mois. Si les conférences seront proposées sur Huy un jeudi par mois, chacune le sera en un lieu différent; «pour avoir un public plus large», explique le Hutois. L’idée? Faire de l’éducation permanente «tout en tissant des liens entre les participants qu’ils soient anonymes ou non, seuls ou représentants d’institutions. C’est la première fois qu’on lance cela. On a envie de proposer des sujets divers, variés, qui peuvent intéresser les gens.» Les quatre premières conférences sont déjà arrêtées, les sujets et les orateurs choisis.

Première conférence, qui aura lieu dans les bureaux de la CGSP le 6 février prochain, à 19 h? La coopérative que lance le personnel des Éditions de l’Avenir. Le journaliste Manu Huet viendra en expliquer les objectifs. «Je suis séduit par cette idée de coopérative; c’est bien réfléchi, bien pensé. C’est un beau message», note l’organisateur. Les trois conférenciers qui suivront sont choisis: Jean-Marie Bouquegneau (le doyen de la faculté des sciences donnera sa vision sur le climat); Martine Debatty, la sœur d’un des dix paras tués au Rwanda (elle évoquera cette tragédie); Robert Collignon (probablement sur l’avenir de la Wallonie).

 

 

L’Avenir et sa coopérative

Le personnel des Éditions de l’Avenir a lancé l’idée d’une coopérative après l’annonce du plan de restructuration qui a frappé ses services. «On a fait des difficultés rencontrées une opportunité de rebondir et de reprendre notre avenir en mains», explique le Claviérois Manu Huet, un des journalistes à la base de cette initiative. «Notre objectif, c’est de participer au processus décisionnel de l’Avenir futur.» Dans les prochaines semaines, les Éditions de L’Avenir passeront dans d’autres mains. «Il est important qu’on puisse prendre part à ce projet.»

Le personnel a décidé de créer une coopérative fin octobre et a lancé son appel à souscriptions un mois plus tard. Aux membres du personnel mais aussi à l’extérieur, les lecteurs, les experts médias. «Ce qu’on met en route est un projet unique. En tout cas, en presse quotidienne et à l’échelle belge.»

L’objectif de la coopérative est clairement d’entrer dans le conseil d’administration. Qu’elle devienne un partenaire incontournable dans le nouvel actionnariat. «On veut peser sur les décisions prises au sein du CA. Car nous ne sommes pas à l’abri d’une fusion, d’une intégration, d’articles partagés si on est repris par un des deux groupes de presse francophones.»

La coopérative est aussi ouverte aux instances institutionnelles et privées. «On lance un appel à toutes les Communes, aux associations dont nous relayons le quotidien dans nos pages.» Aux lecteurs quels qu’ils soient. «Nous voulons créer une communauté de lecteurs, aussi pour échanger avec eux. On veut pouvoir compter sur leur feedback, pouvoir les consulter. C’est un engagement citoyen.»

 

Plus de détails? www.notreavenir.coop