DOTTIGNIES

Dottignies: Saint-Charles confectionne des poches pour choyer les animaux australiens

Des étudiants du secondaire passent tous leurs midis depuis lundi à découper des tissus afin de coudre de petits nids chaleureux.

Un élan mondial se met en place pour l’Australie meurtrie. L’entité s’y est mise par l’entremise de Nicolas Bintein et Vanessa Ryckoort. Le couple a lancé une cagnotte hurlue en ligne sur Leetchi, voici une semaine. Clôturée dans quatre jours, elle dépasse déjà l’objectif des 1 000€.

Sur le groupe public Facebook intitulé «Aidons les animaux d’Australie (Mouscron et Alentours)», le couple a même lancé un sondage afin que le public décide lui-même de l’association où ira l’argent.

L’engouement est tel qu’en plus de l’argent, vous avez émis le souhait de faire des dons de médicaments. Des pièces de tissus servant à confectionner des poches aussi. Elles doivent recréer l’espace maternel des bébés kangourous et être un nid douillet pour les koalas. C’est là que la sœur de Nicolas, Marie Bintein, est entrée dans cette magnifique spirale solidaire. Cette enseignante à Saint-Charles Dottignies se charge de centraliser ces dons. Mieux: puisque le positif attire le positif, sa classe de 6e puériculture (P2) mais aussi d’autres jeunes et collègues découpent eux-mêmes les pièces d’étoffes sur leurs pauses de midi, depuis ce lundi, pour créer des poches. De petites mains qui s’agitent avec l’approbation de la direction.

Confections à respecter via des patrons

«Sur le temps de midi et le soir à la maison également, tous les jeunes découpent les tissus des dons que je ramène à l’école. Je sais que des parents ont aussi promis de coudre ce week-end pour le projet. La confection de ces poches pour kangourous, koalas et opossums est stricte, nous respectons des patrons communiqués via Internet et les tutoriels, ces vidéos explicatives. Ce ne sont pas des simples poches mais bien des doubles insérées les unes dans les autres: celles à l’intérieur doivent pouvoir être retirées afin de laver les besoins puisque les animaux vivent dedans. Cela va de la taille XXS à la taille XXL en fonction des âges. Les plus grandes sont confectionnées à l’aide de draps. La matière aussi est importante: pas de polyester très inflammable, pas de poils d’animaux sinon tout sera jeté par la douane dès réception, bien tout laver à l’eau chaude et au vinaigre… Ce sont toutes les associations australiennes elles-mêmes qui expliquent la marche à suivre», détaille Marie, ce vendredi midi, entourée d’une quinzaine de jeunes.

Le groupe pense pouvoir envoyer une cinquantaine de poches vers l’Océanie d’ici une semaine. Une seconde vie pour vos vieux t-shirts qui permet une seconde vie pour tant d’animaux malmenés.

 

La région centralise à Comines

 

Ce n’est pas une mince affaire que de découper du tissu. Patience et minutie rythment les midis de mobilisation. Quant à la couture, seules Mme Bintein et Kâmila, l’une des étudiantes, savent manier la machine.

La suite du calendrier, ce sera une présentation mardi midi au sein de l’école. «Professeurs et élèves curieux de connaître la finalité du projet sont invités.» Probablement jeudi, médicaments validés et poches seront remis. « C’est le groupe Team Belgium for Australia qui chapote toute la récolte.

Ce groupe a des points relais à travers toute la Belgique.Pour notre région, c’est une dame de Comines (NDLR, Nathalie Cappelier) qui s’en charge. Elle viendra chez moi tout récupérer.»

Les Bintein remercient l’entité pour tous les dons de tissus «dont de très belles matières», tout en indiquant de ne plus en donner, le stock encore disponible étant plus que suffisant pour occuper tout ce joli monde sur la dernière ligne droite. «Comme il y a eu un appel mondial, les poches viendront de partout. Un inventaire sera fait en Australie qui dira plus tard s’il manque encore de tailles de poches…»

www.leetchi.com/c/help-animals-from-australia