FOOTBALL

Les 10 matches de la décennie: Virton – Bertrix (2010)

Les 10 matches de la décennie: Virton – Bertrix (2010)

Thomas Meunier et Frédéric Brillant à la lutte. ÉdA

Retour sur dix matches qui ont marqué la décennie 2010-2019.

+ LIRE AUSSI : Le dernier match de Bertrix en nationale
+ LIRE AUSSI : La finale de coupe la plus suivie
+ LIRE AUSSI : Halanzy - Athus et la pluie de cartons
+ LIRE AUSSI : La grosse bagarre à Orgeo - Transinne
+ LIRE AUSSI : Le dernier point de Vesqueville
+ LIRE AUSSI : Quand Tapsoba donne le titre à la dernière minute
+ LIRE AUSSI : Quand Givry B a mal compté
+ LIRE AUSSI : Le dernier match de la JA
+ LIRE AUSSI : Mustafaj, roi de Mormont, bourreau d'Arlon

D3 nationale | Virton 2 – Bertrix 1 (20/11/2010)

Des matches inoubliables, il y en a eu quelques-uns dans l’antre du porte-drapeau de la province. Tout récemment encore, avec ce Virton – OHL décisif pour la tranche en D1 B. Ou ces mémorables fêtes pour le titre contre Diegem en 2013 et Tessenderlo en mai dernier. Sans oublier Virton – Gand en Coupe de Belgique. Mais s’il y en a un qui sort du lot, c’est bien ce Virton – Bertrix d’octobre 2010: près de 4 200 personnes, deux équipes qui jouent les tout premiers rôles en D3 (une première pour le Luxembourg) et tous ces noms surtout: Jacques Beckers, Kevin Guillaume, deux Souliers d’or provinciaux; Harlem Gnohere, désormais l’un des principaux artificiers du Steaua Bucarest; Fred Brillant, qui a percé en MLS; et bien sûr Thomas Meunier, celui dont tout le monde parlait à l’époque, définitivement révélé à la Belgique des recruteurs au prix d’un somptueux coup du foulard réussi un mois plus tôt face au FC Liège.

Les 10 matches de la décennie: Virton – Bertrix (2010)
Les supporteurs bertrigeois. ÉdA

Meunier fut à la hauteur du rendez-vous. Sans doute pas aussi brillant que dans certains matches précédents, mais décisif cependant, au prix d’un assist pour Prempeh et d’une frappe lobée des 25 m. La réduction de l’écart par Quéré fut un peu trop tardive et l’ultime rush des Baudets trop bien contenu que pour inverser la tendance dans cette rencontre qui, certains l’ont sans doute oublié, a bien failli ne pas avoir lieu. En cause, une panne électrique qui plongea l’enceinte dans l’obscurité à quelques minutes du coup d’envoi et fit planer la menace d’un forfait en même temps que celle du remboursement de tous les billets.

C’eût été un comble, pour un match qui avait concentré toute la lumière sur lui…