TOURNAI

Patrick Maladry s’offre un CD pour le plaisir des années 70

Il n’y a pas d’âge pour se faire plaisir. À 66 ans, Patrick Maladry, qui fut bien connu dans les années 70, a enregistré un premier CD.

Celles et ceux qui, dans les années 60-70, ont fréquenté la salle Provence, les dancings de chez nous (l’Arc-en-Ciel en tête), les bals du Nord de la France, les premières fêtes des jeunes à Obigies, et tant d’autres lieux festifs de l’époque se souviennent certainement de «Patrick et les Gins» qui ont animé quantité de soirées.

La chanson plein pot

Patrick, c’était Patrick Maladry. Il avait quelques chansons à lui (dont N’écoute pas, Car je t’aime… enregistrées au Studio 33, chez Jack Say), mais son truc, c’était d’abord l’interprétation des tubes du moment, entouré de ses musiciens, sur des arrangements de Gérard Bocquet. Jusqu’au tout début des années 80, il fut un professionnel des podiums, tournant à la Côte avec Michel Lemaire, par exemple.

Puis le temps des orchestres passa, au profit des «sonos». Patrick remisa sa guitare, son piano, et surtout son micro. En public du moins.

La chanson «oubliée»

Après avoir donné un coup de main dans le commerce familial, il devient chauffeur de taxi chez Mol durant une bonne vingtaine d’années.

En fait, le goût du chant ne l’a jamais quitté. Il ne fallait pas le pousser beaucoup pour qu’il assure le show lors d’événements privés. Et voilà qu’en 2018 il rencontre David Vincent, le producteur kainois de DVM Production, un manager actif des deux côtés de l’Atlantique. (Nous lui avions consacré un reportage voici deux ans)

La chanson retrouvée

Les deux hommes sympathisent. «David m’a laissé le temps de faire les choses, comme j’avais envie de les faire. Finalement, on a sélectionné de très bonnes bandes orchestrales et j’ai posé ma voix dessus pour sortir un CD de 12 titres.

Ce n’est absolument pas commercialisé. C’est juste que j’en avais envie pour moi (il faut savoir se faire plaisir, insiste-t-il), pour ma famille (Patrick, marié à Joëlle, a deux enfants et quatre petits-enfants, la petite dernière présentant sans doute le plus de dispositions pour reprendre le flambeau du grand-père), pour mes amis. Spécialement ceux qui étaient proches de moi lors de mes années de chanson.»

Le CD est très soigné, y compris dans sa présentation: l’habillage de la rondelle et la pochette ont été conçus par Julie, la belle-fille de Patrick, chez Labelpages. Les titres sont empruntés à Claude François, Michel Sardou, Adamo, Michel Delpech, Frédéric François, Hervé Vilar, Alain Delorme, Christian Vidal, JJ Lafon.

Si vous avez bien connu Patrick Maladry, c’est le moment de vous rappeler à lui…