PRIX DE LA PRESSE

VIDÉO | Deux journalistes de L’Avenir licenciés par Nethys ont été primés

VIDÉO | Deux journalistes de L’Avenir licenciés par Nethys ont été primés

Cette enquête s’inscrivait dans le cadre de l’affaire Publifin/Nethys, actionnaire majoritaire du groupe de presse des Editions de l’Avenir. ÉdA Mathieu Golinvaux

Licenciés par Nethys pour leur travail d’enquête sur les méthodes de gestion Nethys, actionnaire des Editions de l’Avenir, deux journalistes ont été primés par le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Le Prix du journalisme du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles a été décerné ce mercredi après-midi aux journalistes Yves Raisière et Dominique Vellande pour leur enquête: « Comment Stéphane Moreau et Pol Heyse, les patrons de Nethys, ont sabordé L’Avenir » (à lire ou relire ici).

Cette enquête s’inscrivait dans le cadre de l’affaire Publifin/Nethys, actionnaire majoritaire du groupe de presse des Editions de l’Avenir.

Les deux journalistes primés avaient par la suite fait l’objet d’un licenciement ciblé dans le cadre du plan de restructuration du journal.

Ce sont les ex-collègues des deux journalistes qui avaient proposé leur candidature.

+ INTERVIEW | « Il fallait raconter aux gens ce qui était occupé de se passer pour leur dire de continuer de croire en nous »

Plus d’infos dans notre édition de ce jeudi.

Reportage à la cérémonie de remise de prix et interview d’un des deux lauréats dans notre vidéo ci-dessous :

 

 

 

La Société des rédacteurs «émue» par cette récompense

La Société des rédacteurs (SDR) de l’Avenir a réagi par communiqué à la récompense remise aux deux anciens journalistes de L’Avenir:

«Le prix du journalisme 2019 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été remis ce mercredi 15 janvier à deux journalistes de L’Avenir licenciés des œuvres funestes d’anciens administrateurs des EdA, récemment écartés avec grand fracas. Comme l’ont toujours soutenu la SDR et les délégués AJP et comme ils le soutiennent plus que jamais, les lauréats récompensés, Yves Raisière et Dominique Vellande, ont fait l’objet d’un licenciement ciblé, tout comme ce fut le cas pour Cédric Rosenbaum, community manager. Parmi les motifs de leur éviction de l’entreprise, qui n’a rien à voir avec les arguments évoqués officiellement, la participation à la rédaction de pages qualifiées de «pirates» par la direction, parues le 16 février 2019 dans nos colonnes, a sans doute pesé. Elles dénonçaient la gestion du journal par les anciens dirigeants de Nethys, particulièrement Stéphane Moreau et Pol Heyse. Ces mêmes pages leur valent aujourd’hui le prix du journalisme que leur a décerné le jury, descriptives d’un mode de gestion ahurissant, sur base d’une enquête sérieuse et de nombreux témoignages. Cet acte de révolte unique dans les annales de la presse belge est à la hauteur des dégâts commis par d’ex-patrons de presse indignes des médias qu’ils ont dirigés. C’est donc avec une certaine émotion que la SDR et la délégation AJP des Éditions de l’Avenir félicitent leurs deux anciens collègues. Ils ont payé au prix fort une mutinerie dont l’actualité récente éclaire encore davantage les légitimes motivations. Pour information, la publication de ces quatre pages sous le nez de la direction avait préalablement fait l’objet d’un vote en assemblée générale des journalistes entrés en résistance et qui souhaitent désormais tourner ces pages particulièrement sombres. Sur ce point, beaucoup de travail reste à faire.»