SOCIÉTÉ

Mardi des blouses blanches: après douze heures de négociations durant la nuit, c’est l’échec

Mardi des blouses blanches: après douze heures de négociations durant la nuit, c’est l’échec

Les positions en matière d’horaires, d’organisation du travail ou encore de formation demeurent inconciliables, malgré «certaines concessions». IMAGEGLOBE

La réunion entre employeurs et syndicats des soins de santé, qui s’est tenue jusque tard lundi soir, s’est soldée par un échec, annonce mardi la CSC par communiqué.

Après douze heures de négociations, «il est apparu clairement que les fédérations patronales restent dans une logique de win-win. Tout ce qu’elles concèdent doit être compensé», note le syndicat chrétien. Aucun accord n’a dès lors pu être dégagé et la CSC envisage de nouvelles actions.

Les positions en matière d’horaires, d’organisation du travail ou encore de formation demeurent inconciliables, malgré «certaines concessions» faites pendant la journée, souligne Yves Hellendorff, secrétaire national du non-marchand de la CSC. «Certaines conventions auraient pu faire l’objet d’un accord.»

«Sur cette base, la reprise des actions semble inévitable», ajoute encore le secrétaire qui confirme que le front commun se concertera dans les prochaines heures.

Fin octobre, le PTB est parvenu à obtenir le vote d’un amendement à la loi sur les douzièmes provisoires pour créer un Fonds blouses blanches destiné à améliorer les conditions de travail du secteur infirmier. «Depuis, la désillusion plane», regrette la CSC qui dénonce un manque de moyens et de personnel dans le secteur des soins de santé.