Passionné d’agro-alimentaire et de technique, Stéphane Vlaminck a décroché un diplôme d’ingénieur brasseur en 2005. «En 2008, j’ai commencé à brasser dans ma cave, avec l’aide de mon épouse Caroline, et de quelques amis.

Je voulais créer une microentreprise.» Le Grézien souhaitait une bière qui soit un juste compromis entre les spécialités aux fruits (fort sucrées) et les lambics (plutôt acides). Depuis le début, l’équipe de la brasserie du Renard offre par ailleurs une dimension coopérative et participative via le financement de micro-projets locaux du même type. L’une de ses finalités sociales est d’assumer ses activités de production et de vente de manière respectueuse de l’homme et de son environnement avec un objectif «brasserie 100% durable» pour 2023.

«Tout est bio, fabriqué à partir de matières premières locales. Nous avons notamment lancé la culture du houblon avec nos 35 coopérateurs. Dans un même esprit, nous travaillons avec des livreurs à vélo afin de diminuer notre impact environnemental», explique Stéphane Vlaminck. Parmi les bières proposées, citons La Blondasse (une blonde légèrement rafraîchissante), la Diablesse (une blanche épicée au piment d’Espelette), l’Adorée (une blonde dorée épicée au gingembre), la Rousse de poire (une ambrée douce-amère fermentée à la poire), la Brunette (une brune douce-amère épicée aux gousses de vanille qui a remporté la médaille d’argent au Brussels Beer Challenge), la Roublarde (une ambrée caramel), la Grézienne (une blonde triple de caractère). À noter que les bières de la brasserie du Renard sont disponibles dans plus de 200 points de vente, essentiellement en Brabant wallon et à Bruxelles.

www.brasseriedurenard.be