Dictée du Balfroid: rentrons studieusement

Dictée du Balfroid: rentrons studieusement

La première demi-finale de l’année se déroulera le samedi 25 janvier, à Namur. ÉdA – 30775737132

Deux semaines avant la première demi-finale 2020, nous vous proposons une nouvelle dictée préparatoire.

Les fêtes passées, vous êtes retournés à l’école et, en ce qui nous concerne, préparer déjà une troisième dictée.

Faisons-en le tour.

– ressentie, avec deux «s» centraux, car pour bien prononcer le «s» entre deux voyelles, il doit être redoublé. Même constat pour nécessaires; en plus celui-ci est au pluriel, son sujet étant bonnets.

– semble: ne pas tomber dans le piège avec «nous» devant lui qui est complément indirect; le sujet est la douceur.

douillets: beaucoup de mots de ce texte contiennent une double consonne; celui-ci est épithète de manteaux, au pluriel.

– guère égale peu, homonyme de guerre (bataille).

– acceptable: deux «c».

– verts: ce sont les bourgeons qui sont verts et non le lilas.

– devraient: par conséquent, ce verbe a le même sujet et est donc à la troisième personne du pluriel du conditionnel présent.

– pourrait est lui aussi à la troisième personne, mais du singulier cette fois; il a pour sujet «le gel».

– de mauvais tours: devant un nom au pluriel, on met de préférence «de» au lieu de «des»; pluriel bien sûr.

– appréhendées: beaucoup de difficultés pour ce participe passé employé avec l’auxiliaire avoir; son complément direct est «que», mis pour routes, au féminin pluriel.

– carrossables: deux fois une double consonne.

– veut-il: quand le sujet est derrière, il faut un trait d’union.

– n’apportera: deux «p», sujet «janvier», troisième personne du singulier du futur simple.

– Profitons: impératif présent; première personne du pluriel.

– lancer: infinitif, car précédé de «de».

 

LA DICTÉE

 

Il fait trop doux

 

L’incroyable douceur que nous avons ressentie en ce mois de décembre nous semble anormale.

Les manteaux douillets et les bonnets de laine ne sont pas vraiment nécessaires. La température qui n’est guère sous les dix degrés nous paraît (parait) encore acceptable.

Les bourgeons du lilas, verts déjà, ne devraient pas progresser trop vite, car le gel pourrait leur jouer de mauvais tours.

Les routes glissantes que nous avons déjà appréhendées restent sagement carrossables.

Tout cela veut-il dire que janvier n’apportera pas de neige? Ce n’est pas sûr; d’un jour à l’autre, le temps peut changer, agréable ou le contraire, selon les vues de chacun.

Profitons néanmoins de ces derniers beaux jours avant de lancer les premières boules blanches!