CYCLISME

Pourquoi le Giro risque d’être aussi relevé que le Tour de France en 2020

Pourquoi le Giro risque d’être aussi relevé que le Tour de France en 2020

De Richard Carapaz à Vincenzo Nibali en passant par Remco Evenepoel, Rafal Majka, Jakob Fuglsang, Romain Bardet, Fabio Aru, Geraint Thomas ou encore Simon Yates, tous devraient être au départ du Giro, au mois de mai. AFP - Photo News

Si le Giro surtout un succès d’estime auprès du peloton et des grands fans de cyclisme, sa prochaine édition risque bien d’intéresser un peu plus encore le grand public en raison de son plateau et de son importance à quelques semaines des JO.

Comme attendu, Remco Evenepoel a assuré dans un entretien à «La Gazzetta dello Sport» qu’il participerait au Giro en 2020. Une nouvelle annonce qui tend à confirmer que le prochain Tour d’Italie risque d’être au moins aussi relevé que la Grande Boucle.

Car, outre le jeune prodige belge, d’autres grands noms du peloton ont déjà garanti leur participation au Giro 2020. De Richard Carapaz, le dernier vainqueur de l’épreuve transalpine, à Vincenzo Nibali en passant par Rafal Majka, Jakob Fuglsang, Romain Bardet, Fabio Aru, Geraint Thomas ou encore Simon Yates, tous devraient être au départ du premier Grand Tour de l’année. Et ce, dans l’espoir de briller… à l’occasion des Jeux de Tokyo.

En effet, parce que la course olympique se déroulera le samedi 25 juillet, soit moins d’une semaine après l’arrivée du Tour (19 juillet) à Paris, beaucoup de prétendants à la succession de Greg Van Avermaet ont choisi d’adapter leur calendrier.

Un Giro plus relevé et un Tour plus ouvert

Plutôt que de risquer de jouer les figurants sur les routes nippones après un Tour de France usant, ils sont donc de plus en plus nombreux à confirmer faire l’impasse sur la Grande Boucle. Ce qui fait les affaires des organisateurs du Giro, organisé plus tôt dans la saison, qui, petit à petit, voient ainsi rappliquer un peu plus de noms ronflants que les années précédentes.

«Avec les Jeux olympiques si proches du Tour de France cette année, je pense que la meilleure façon d’aborder les J.O. serait de faire le Giro», expliquait d’ailleurs récemment Simon Yates au moment de présenter ses principaux objectifs de 2020.

Sans doute encore plus ouvert en raison de certaines défections, le prochain Tour de France pourra toutefois compter sur la présence de quelques cadors bien décidés à profiter de l’aubaine. Exemple avec Egan Bernal, qui voudra conserver son maillot jaune, ou encore Wout Van Aert, qui souhaitera y décrocher une nouvelle victoire après son abandon de 2019.

Peter Sagan, l’exception

Contrairement à la très grande majorité de ses comparses, Peter Sagan compte bien se présenter au départ du Giro et du Tour de France.

«Ce sera très difficile, mais je ne suis pas un coureur de grands tours et je peux prendre quelques jours de repos pendant les étapes difficiles, avait déclaré le futur trentenaire dans «L’Équipe». Nous allons voir.»

De plus en plus rare dans le cyclisme moderne, la décision du Slovaque est d’autant plus remarquable (et osée) qu’il a également fait part de son intention de prendre part à l’épreuve olympique, sa dernière course prévue cette année.

Chaud!