BRUXELLES

De la poudre blanche découverte dans les cabinets ministériels fédéraux et de la FWB

Au lendemain de la fausse alerte à l’anthrax qui a touché les cabinets ministériels wallons, c’est au tour de ceux du gouvernement fédéral et du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles d’être visés ce vendredi.

Des enveloppes contenant de la poudre blanche sont arrivées vendredi dans les cabinets de différents ministres fédéraux, a-t-on appris dans les milieux gouvernementaux.

Les cabinets concernés sont ceux de la Première ministre Sophie Wilmès, des vice-Premiers ministres Alexander De Croo, Koen Geens et David Clarinval, ainsi que des ministres Maggie De Block, Philippe De Backer, Nathalie Muylle, François Bellot, Philippe Goffin, Daniel Bacquelaine et Denis Ducarme.

 

«Tout est sous contrôle»

 

Le cabinet de la Première ministre Wilmès a reçu une lettre vendredi matin, mais celle-ci n’a pas été ouverte, car les gens étaient très vigilants après le courrier suspect reçu par divers cabinets en Wallonie jeudi, explique la porte-parole Elke Pattyn.

 

 

Le cabinet de la Première ministre n’est donc pas placé en quarantaine. «Les services concernés sont sur place et tout est sous contrôle ».

Les services du vice-Premier Alexander De Croo (Tour des Finances) n’ont, eux non plus, pas ouvert le courrier suspect reçu vendredi matin.

 

Mesures de confinement

 

Les cabinets de Maggie De Block (Open Vld), de David Clarinval (MR) et de Philippe De Backer (Open Vld), situés eux aussi dans la Tour des Finances, ont confirmé avoir reçu une enveloppe de poudre blanche le même jour. La Tour des Finances, qui abrite un nombre important de services publics et ministériels a donc été placée en confinement: on ne pouvait ni en sortir ni y entrer. ces mesures ont été levées sur le coup de 11h30.

En ce qui concerne le cabinet Clarinval, «seule la pièce où le courrier est arrivé reste inaccessible», a indiqué son porte-parole Christian Carpentier. L’employée qui a réceptionné l’enveloppe a été soumise aux mesures de précaution habituelles (douche et changement de tenue), a-t-il encore précisé.

Les membres du cabinet du ministre Denis Ducarme, sur l’avenue de la Toison d’Or, ont eus aussi été confinés vendredi matin après réception d’un envoi similaire.

Au SPF Affaires étrangères, un envoi est arrivé mais n’a pas été ouvert. Les bureaux des ministres Philippe Goffin et Daniel Bacquelaine (MR) sont situés dans le même bâtiment, rue des Petits Carmes.

Chez Koen Geens (CD&V), de la poudre s’est échappée de l’enveloppe réceptionnée. La police bruxelloise doit décider d’une éventuelle évacuation, apprend-on auprès de son cabinet.

On a également, vendredi matin, confirmation de la réception d’enveloppes suspectes aux cabinets des ministres Pieter De Crem (CD&V), Nathalie Muylle (CD&V) et François Bellot (MR).

 

La FWB également visée

Outre de nombreux cabinets fédéraux, dont plusieurs installés dans la Tour des Finances, les ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont été visés. Police, protection civile et pompiers sont sur place.

Nicolas Reynders, porte-parole du ministre-président de la FWB Pierre-Yves Jeholet, confirme en effet en matinée que cinq enveloppes sont arrivées au bâtiment de la place Surlet de Chokier où travaillent les cinq ministres de la communauté française et leurs collaborateurs.

L’envoi, la veille, d’enveloppes suspectes contenant de la poudre blanche à tous les cabinets ministériels wallons a cependant permis aux personnes de l’accueil d’agir avec précaution. «Nous avions été alertés et avions reçu une image d’une enveloppe envoyée. La personne à l’accueil ce matin a reconnu qu’il s’agissait du même type d’enveloppes (que celles reçues hier par les cabinets wallons, NDLR) et ne les a donc pas ouvertes. Elle les a placées dans un sac plastique», explique le porte-parole de Pierre-Yves Jeholet.

Grâce à cette précaution, le bâtiment reste accessible, et seules trois personnes présentes à l’accueil au moment de la réception sont confinées dans une pièce dans l’attente des résultats de l’analyse du contenu des enveloppes, ajoute-t-il.