TRIATHLON

Lauryne Van Laeken a retrouvé le plaisir du sport

Lauryne Van Laeken a retrouvé le plaisir du sport

EdA

Après sa victoire à la corrida de Ramillies, Lauryne Van Laeken, la triathlète de Dion-le-Mont, poursuit sa progression.

Avec sa victoire à la corrida de Ramillies ce 2 janvier, on peut dire que l’année sportive de Lauryne Van Laeken, 17 ans, commence sous les meilleurs auspices. Sportive depuis son plus jeune âge, Lauryne Van Laeken a commencé le tennis à 4 ans puis elle a testé un peu tous les sports jusqu’à l’âge de 12 ans. Mais, alors qu’elle ne parvient pas à passer un cap pour progresser en tennis, une belle rencontre va la faire basculer dans le monde du triathlon.

«J’ai rencontré Alexandra Tondeur grâce à ma maman et elle est venue me voir jouer au tennis. Elle m’a parlé de son sport et elle m’a convaincue d’essayer. J’ai tout de suite accroché.»

Véritable modèle pour la jeune fille, la triathlète professionnelle prendra Lauryne sous son aile pour la faire évoluer dans les trois disciplines sportives. «J’ai d’abord commencé par la course à pied, qui était à l’époque mon point faible, et ensuite le vélo et la natation. Alexandra m’a beaucoup appris.»

Mais évoluant au sein de l’équipe d’Alexandra Tondeur, l’adolescente, qui se donne à fond pour son sport et pour sa coach, a du mal à canaliser son stress qui commence à l’affaiblir et elle finit par ne plus trouver de plaisir dans sa pratique sportive. «Je voulais être toujours plus performante, non seulement pour moi mais aussi pour ne pas décevoir Alexandra.»

En 2019, la sportive de Dion-le-Mont choisit de rejoindre le TURBO, le club de triathlon de Louvain-la-Neuve et fait appel aux services d’Yves Devillers pour la faire progresser à son rythme, en fonction de ses sensations et de ses disponibilités. «J’avais besoin de retrouver de la proximité. Le TURBO se trouve près de chez moi et de mon école, c’est plus facile.»

Une décision qui permettra à la jeune triathlète de poursuivre son sport avec succès tout en retrouvant le plaisir.

Le soutien de ses parents

Si Lauryne peut assouvir sa passion pour le triathlon, elle le doit aussi à ses parents. En effet, Nathalie et Vincent Van Laeken se rendent toujours disponibles pour permettre à leur fille de s’épanouir dans son sport. «Mes parents font beaucoup de sacrifices pour moi et je leur dois beaucoup. Ils adaptent leurs horaires en fonction des miens. Ils me conduisent à mes nombreux entraînements et sont toujours présents aux compétitions. Ce sont mes premiers supporters!»

Fille unique de la famille, Lauryne Van Laeken sait la chance qu’elle a de pouvoir compter sur le soutien de ses parents.

«Ma maman dit souvent que je suis leur seule enfant mais que j’en vaux bien quatre», conclut-elle.

 

Des objectifs réalistes et du plaisir

La tête bien sur les épaules, Lauryne Van Laeken veut d’abord privilégier ses études avant sa passion pour le triathlon. «Avant, je me voyais déjà championne du monde comme mon idole Alexandra Tondeur, sourit-elle. Mais j’ai compris maintenant que mes études étaient prioritaires.»

Empêchée de participer aux championnats de Belgique l’année passée en raison de soucis de santé, la jeune sportive s’est fixé des objectifs pour 2020 plus axés sur le plaisir. «Mes deux principaux objectifs 2020 sont le Chtriman à Gravelines fin juin et la Gileppe en août. D’autres triathlons viendront se rajouter au fur et à mesure mais aussi des joggings ou encore des run and bike.»

Ses entraînements, elle aime aussi les partager avec ses amies sportives. «Il m’arrive de m’entraîner avec Elisa Vancolen ou Camille Muls, deux championnes d'athlétisme. Ce sont des filles que j’admire tant elles sont simples et accessibles. On s’échange plein de conseils aussi.»