EMPLOI

Protocole d’accord chez Lhoist: «Direction et syndicats autour de la table si des licenciements secs doivent intervenir»

Protocole d’accord chez Lhoist: «Direction et syndicats autour de la table si des licenciements secs doivent intervenir»

Le personnel sera invité à s’exprimer lundi prochain afin de valider ou non cet accord par le biais d’un vote confidentiel. Heymans

Après un marathon de 16 heures de négociations, les partenaires sociaux ont annoncé l’obtention d’un protocole d’accord, que le personnel devra valider lundi prochain.

Depuis l’annonce – qui prévoyait la suppression de 117 postes sur l’ensemble des différents sites belges de l’entreprise – le 12 septembre dernier, la réorganisation se poursuit chez Lhoist, le spécialiste de la production et de la vente de chaux et de dolomie.

Réunis autour de la table de négociation depuis des mois, direction et syndicats s’échinent depuis à trouver un accord social. Parmi les avancées obtenues, les représentants du personnel ont réussi à diminuer le chiffre de 117 emplois menacés à celui de 100 postes.

Protocole d’accord

Cette semaine, un accord a été trouvé entre les différents représentants: «C’est donc vers minuit (NDLR: dans la nuit de mardi à mercredi) que la direction et les syndicats se sont quittés avec un protocole d’accord», apprend-on par voie de communiqué auprès de la CSC Liège-Verviers.

Cet accord, qui a été dans la foulée présenté en assemblée générale du personnel ce mercredi, se compose de trois volets: la prise en compte des départs à la pension prévus dans les 100 pertes d’emploi (avec une légère prime), la non-reconduction des contrats à durée déterminée (CDD) qui devaient à l’origine muter en contrats à durée indéterminée (CDI) et la priorité laissée aux départs en RCC (anciennement appelé «prépension»).

Le personnel sera invité à s’exprimer lundi prochain afin de valider ou non cet accord par le biais d’un vote confidentiel.

«Les partenaires sociaux se remettront autour de la table si des licenciements forcés doivent intervenir afin de déterminer les conditions de licenciement», précise en outre le communiqué.