NAMUR

PHOTOS | Alerte à l’anthrax dans les ministères: «Une journée de perdue!»

Sept cabinets ministériels ont été évacués jeudi matin à Namur, suite à la découverte de poudre blanche dans une enveloppe.

Des gyrophares dans tous les sens, des agents masqués s’activant au pied de différents bâtiments, plusieurs rues de Namur et de Jambes bouclées par la police: un drôle de manège animait la capitale wallonne hier matin. La cause de tout ce remue-ménage? L’évacuation des cabinets ministériels wallons, après que des enveloppes contenant une mystérieuse poudre blanche aient été découvertes parmi le courrier du jour. Au total, sept cabinets étaient concernés.

Dépêchés sur place, les agents de la protection civile ont pris en charge l’évacuation et l’assainissement des différents lieux, en collaboration avec les forces de police et les pompiers de Namur. « Il s’agit ici d’une procédure habituelle dans le cadre d’un incident de nature chimique, indiquait le commandant des pompiers, Adel Chikhaoui. C’est ce que l’on appelle la procédure CBRN (NDLR: pour chimique, biologique, radiologique et nucléaire).»

«Une journée de perdue»

Du côté des travailleurs évacués, la désolation primait sur l’inquiétude: «C’est une journée de perdue, regrettait ainsi cet attaché au cabinet du ministre du Budget et des Finances, Jean-Luc Crucke. Ici, nous n’avons pas ouvert le courrier car nous avions été informés par un autre cabinet.» Mais ceci n’a toutefois pas empêché les services sanitaires d’ordonner l’évacuation du bâtiment: «Nous sommes condamnés à attendre le résultat des analyses et nous ne savons donc absolument pas à quel moment nous pourrons réintégrer les bâtiments

Au sein des divers cabinets touchés, plusieurs personnes ont également été soumises à des mesures de confinement. «Il y en a quatre ici, nous confirmait-on du côté de la chaussée de Louvain. Il s’agit des personnes qui ont été en contact directement avec l’enveloppe. Elles ont par ailleurs été contraintes à prendre une douche. » «Entre 5 et 10 personnes» étaient également concernées par de telles mesures dans chacun des cabinets de la rue Mazuy et de la rue des Brigades d’Irlande.

Dans l’après-midi, l’ensemble des ministres avaient pu quitter les lieux, tandis que plusieurs employés restaient confinés en début de soirée.

Aucun courrier suspect n’a par contre été reçu au sein du Parlement de Wallonie, où une partie des députés régionaux devaient prendre part, dans la journée, à plusieurs réunions de com

Des bâtiments communaux aussi visés

Le courrier suspect a également été reçu dans des bâtiments communaux, dont l’Hôtel de Ville de Namur, a indiqué la police de la zone Namur Capitale jeudi midi.

«Immédiatement, l’alerte a été donnée, ce qui a permis de dépêcher sur place, rapidement, les services de police et de secours. Ils y ont déployé les mesures préventives et de sécurité nécessaires dans tous les cabinets», précisent les forces de l’ordre.

«Suivant les procédures habituelles, les personnes qui ont été en contact avec ces enveloppes suspectes sont confinées», ajoute la police qui assure enfin poursuivre ses «opérations de sécurisation et de prise en charge nécessaires».