Harcèlement: La Wallonie va évaluer les formations des personnes de confiance dans les UAP

Dans le cadre du nouveau plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intra-familiales, qui devrait être adopté dans le courant du premier semestre 2020, la Wallonie va évaluer les formations reçues par les personnes de confiance et les conseillers en prévention au sein des unités d'administration publiques (UAP), telles que les TEC, la SOGEPA, la SRIW ou encore le Forem.

"Bien que des dispositifs efficaces soient déjà mis en place dans ces UAP pour soutenir les victimes, je considère nécessaire de garantir une vigilance constante en matière de violence et de harcèlement, pour assurer la protection des victimes et leur prise en charge de manière rapide et efficace", a expliqué la ministre wallonne en charge de l'égalité des Chances, Christie Morreale (PS) en réponse à une question écrite de la députée Ecolo Hélène Ryckmans.

"C'est pourquoi, dans le cadre du nouveau plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intra-familiales, je compte notamment évaluer les formations reçues par les personnes de confiance et les conseillers en prévention, de manière à augmenter encore, le cas échéant, l'efficacité de leurs interventions", a-t-elle ajouté.

Les origines du plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intra-familiales remontent à 2009.

A l'époque, les gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Région Wallonne et de la Commission Communautaire Française décident de coordonner leurs actions et de les inscrire dans un cadre commun permettant de combiner au mieux leurs compétences de prévention et de prise en charge des personnes victimes de violence. Un nouveau plan intra-francophone est ensuite adopté pour la période 2015-2019. Il devrait être renouvelé avant la fin du premier semestre 2020.

Nos dernières videos