Fin de Star Wars, films supprimés: Disney+ traverse sa première crise

Fin de Star Wars, films supprimés: Disney  traverse sa première crise

Les exclusivités sont pour l’instant très peu nombreuses sur le service de streaming Disney+. Capture d’écran

Le concurrent de Netflix fait déjà face à des difficultés inattendues.

Le service de streaming Disney+ navigue déjà en eaux troubles. En ligne de mire: la fin de la saison 1 de la série The Mandalorian et la disparation de films populaires.

Piqûre de rappel, Disney a lancé le 12 novembre 2019 sa plate-forme dans une poignée de pays (USA, Canada, Pays-Bas, Australie, Nouvelle-Zélande). La Belgique pourrait en hériter le 31 mars 2020.

Prix: 6,99€ par mois. Au menu: des programmes exclusifs, une généreuse sélection de films et de séries Disney, Pixar, LucasFilm, Marvel, National Geographic…

Parmi les exclusivités, la toute première série TV Star Wars fait l’unanimité. Seul souci, Disney a diffusé le 27 décembre 2019 le huitième et dernier épisode de la première saison de The Mandalorian.

À en croire l’épidémie de messages relevés sur Twitter et les réseaux sociaux, la fin temporaire du show pousse des mannes d’Internautes à annuler leur abonnement.

Traduction: Il est temps d’annuler Disney+, The Mandalorian est fini.

Force est de constater que The Mandalorian est la seule exclusivité convaincante disponible sur Disney+.

Avec seulement 16 programmes proposés, la catégorie Originals fait peine à voir à cette seconde précise.

Certes, les séries Marvel en développement, de Loki à WandaVision, ne manqueront pas de dynamiter cette zone du catalogue.

En attendant ces arrivées, The Mandalorian est seul, bien seul à l’heure de pousser les abonnés à confirmer leurs paiements au fil des mois.

Fin de Star Wars, films supprimés: Disney+ traverse sa première crise
La deuxième saison de The Mandalorian arrivera sur Disney+ à l’automne 2020. Internet

Le répertoire des anciens films des studios de la galaxie Disney est censé apporter sa pierre à l’édifice au moment de conserver les clients et d’en recruter de nouveaux.

À ce niveau-là, Disney traverse aussi des turbulences. En cause: la suppression le 1er janvier 2020 d’une série de longs-métrages populaires.

Exemples: Maman j’ai raté l’avion 1 et 2, Dr. Dolittle, Pirates des Caraïbes La Fontaine de jouvence

Moins de trois mois après le lancement de la plate-forme, c’est étonnant, décevant.

En soi, le ballet des entrées et de sorties de programmes est monnaie courante sur les services de streaming.

Pour des questions de droits de diffusion, films, séries et documentaires qui ne sont pas exclusifs débarquent pour une période limitée sur Netflix, Amazon Prime Video et consort.

En misant sur son trésor de guerre et les catalogues des studios rachetés au fil du temps, on pensait que Disney+ serait épargné par cette logique.

Il semble que des accords complexes noués avec d’anciens partenaires, devenus de nouveaux adversaires, continueront encore longtemps de polluer Disney+.

Exemple: en vertu d’un ancien accord, il est prévu que Netflix récupère le populaire film Marvel Black Panther en 2026.

Nos dernières videos