MONDE

«Il est plus puissant et vivant maintenant»: foule massive pour l’enterrement du général Soleimani

Le centre de la ville natale de l’officier était envahi par une marée humaine semblable à celles ayant déferlé dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils du général et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire.AFP

Les habitants de Kerman affluent en masse mardi matin dans le centre de cette ville du sud-est de l’Iran où doit être enterré dans la journée le général Qassem Soleimani, tué vendredi par Washington en Irak, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le centre de la ville natale de l’officier était envahi par une marée humaine semblable à celles ayant déferlé dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils du général et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire.

Chef de la Force Qods, unité d’élite chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution (l’armée idéologique iranienne), Soleimani était l’architecte de la stratégie de l’Iran au Moyen-Orient.

Il a été tué vendredi par une frappe de drone américain devant l’aéroport de Bagdad.

Le processus d’»expulsion des Etats-Unis de la région a commencé», a lancé à la foule de Kerman le général de division Hossein Salami, commandant en chef des Gardiens de la Révolution.

«Notre volonté est ferme. Nous disons également à nos ennemis que nous allons nous venger, et que s’ils (frappent de nouveau) nous mettrons le feu à ce qu’ils adorent», a-t-il dit sur un ton énigmatique. «Eux-mêmes savent bien de quels lieux je parle».

«Le martyr Qassem Soleimani est plus puissant et vivant maintenant qu’il est mort», et «plus dangereux pour l’ennemi», a assuré le chef des Gardiens devant les cercueils de l’officier et de son bras droit, le général de brigade Hossein Pourjafari, exposés parmi des gerbes de fleurs sur la place Azadi (»Liberté» en persan) de Kerman.

«Grand commandant»

Selon la radio d’Etat, Soleimani doit être enterré à Kerman entre 14H00 et 16H00 (10H30 et 12H30 GMT).

Elevé à titre posthume au grade de général de corps d’armée, inusité depuis des années en Iran, l’officier est largement considéré dans son pays comme un héros pour le combat qu’il a mené contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie. Cela a permis, aux yeux des Iraniens, à leur nation multiethnique d’éviter la désintégration qu’ont connue à ses portes, l’Irak, la Syrie ou l’Afghanistan.

A Kerman, on a attendu toute la nuit sur les lieux pour être présent.

«Nous sommes ici pour rendre hommage au grand commandant de la Défense sacrée», dit Hemmat Dehghan, en faisant allusion au rôle de Soleimani dans la défense du pays pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Il «était aimé non pas simplement à Kerman ou en Iran, mais dans le monde entier», assure à l’AFP cet ancien combattant de 56 ans.

«Désescalade»

«Le monde entier, les musulmans, les chiites, l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan et tout particulièrement l’Iran, tous lui doivent beaucoup pour leur sécurité», ajoute cet homme, affirmant être venu de Chiraz, à plus de 500 km.

Depuis l’assassinat de Soleimani, tué par une frappe aérienne devant l’aéroport de Bagdad, le monde entier redoute une nouvelle déflagration majeure au Moyen-Orient.

Alors que les principaux dirigeants civils, religieux et militaires iraniens se relaient pour annoncer une vengeance terrible, les appels à la «désescalade» se multiplient de par le monde.

Dans ce climat hypertendu suivant des mois de pression entre Washington et Téhéran, sur fond d’escalade militaire dans le Golfe et de tensions autour de la question nucléaire iranienne, les Etats-Unis ont créé la confusion lundi en transmettant par erreur aux autorités irakiennes une lettre annonçant des préparatifs en vue du retrait de leur soldats déployés en Irak.

La lettre faisait référence à un vote dimanche du Parlement irakien exhortant le gouvernement à expulser les troupes étrangères d’Irak après la colère provoqué dans ce pays par la frappe ayant tué le général Soleimani.

Mais le ministre de la Défense américain Mark Esper l’a assuré dans une mise au point devant la presse: «Aucune décision n’a été prise de quitter l’Irak. Point.»