MONDE

Donald Trump assure ne pas rechercher un «changement de régime» en Iran

Donald Trump assure ne pas rechercher un «changement de régime» en Iran

AFP

Donald Trump a affirmé ne pas chercher de «changement de régime» à Téhéran après l’élimination du général iranien Qassem Soleimani, tout en lançant une mise en garde aux «terroristes» qui s’en prennent aux Américains.

Affirmant avoir agi pour «arrêter» une guerre, pas pour en commencer une, le président américain a affirmé que Qassem Soleimani préparait des attaques «imminentes» contre des diplomates et des militaires américains.

«J’ai un profond respect pour le peuple iranien», a-t-il ajouté. «Nous ne cherchons pas de changement de régime», a encore dit le président américain qui s’exprimait depuis son club de Mar-a-Lago en Floride où il est en vacances.

Washington envoie 3.000 à 3.500 soldats de plus au Moyen-Orient

Les États-Unis ont décidé de déployer 3.000 à 3.500 militaires supplémentaires au Moyen-Orient pour renforcer la sécurité des positions américaines dans la région après la mort vendredi à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain, a annoncé le Pentagone.

Ces soldats appartiennent à une force de réaction rapide de la 82e division aéroportée, qui avaient été mis en état d’alerte aussitôt après l’attaque contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad, a précisé un porte-parole du ministère américain de la Défense dans un communiqué.

«Cette brigade sera déployée au Koweït, une mesure appropriée et préventive en réponse au niveau accru de menace contre les forces et les installations américaines», a précisé le porte-parole.

Lors d’une rencontre avec la presse jeudi, le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, avait prévenu que d’autres renforts pourraient être envoyés selon les besoins.

Outre les 750 soldats envoyés au Koweït aussitôt après l’attaque contre l’ambassade mardi, «le président a approuvé le déploiement de la force rapide et d’un bataillon des forces opérationnelles de la 82e division aéroportée», avait déclaré le général Milley.

«Nous avons mis d’autres forces en alerte. Il n’a pas encore été décidé de les déployer, mais il y a tout un éventail de forces qui sont en alerte et prêtes, selon la façon dont la situation évolue», avait-il ajouté

Nos dernières videos