ENVIRONNEMENT

VIDÉOS | Un demi-milliard d’animaux morts: en Australie, le désastre est aussi écologique

Alors que les feux se rapprochent dangereusement de plusieurs grandes villes du sud-est du pays, l’Australie doit faire face à un réel désastre écologique, menaçant directement plusieurs espèces endémiques.

Depuis jeudi, l’état d’urgence est déclaré dans la Nouvelle-Galles du Sud, région du sud-est australien la plus touchée jusqu’ici par les violents feux de forêt, lesquels causent actuellement des ravages jamais vus depuis un demi-siècle.

Mais au-delà du drame environnemental qui se joue actuellement aux portes de Sydney ou de Newcastle, c’est aussi une catastrophe d’ordre écologique qui s’abat sur toute la région.

Espèces endémiques menacées

La semaine dernière, une vidéo montrant un koala à l’agonie réclamer de l’eau à quelques cyclistes a fait le tour du monde.

Depuis, ce genre d’images est devenu monnaie courante sur l’île. On estimait la semaine dernière à plus d’un tiers d’entre eux – soit environ 8 000 individus – la proportion de ces animaux brûlés vifs dans les incendies. De quoi réellement menacer l’espèce.

Mais les koalas ne sont pas les seuls animaux touchés. Plusieurs millions d’hectares de forêt sont déjà partis en fumée, emportant avec eux dunnarts de l’île Kangourou (souris marsupiales), perroquets verts de Western Ground et grenouilles vertes australiennes par centaines. Autant d’autres espèces endémiques aujourd’hui menacées.

500 millions d’animaux morts

Selon des chiffres avancés par le média local News, citant des experts de l’Université de Sydney, près d’un demi-milliard d’animaux aurait ainsi péri depuis le début des incendies (en septembre dernier).

Et outre les forêts, ce sont aussi des portions importantes de parcs et de réserves naturelles qui disparaissent progressivement.

Face au Parlement, l’écologiste du Nature Conservation Council, Mark Graham, a dressé un bilan alarmant de la situation: «Les feux se consument si ardemment et si rapidement qu’il y a une mortalité importante des animaux dans les arbres, mais il y a maintenant une si grande zone qui est toujours en feu et qui brûle encore que nous ne trouverons probablement jamais les corps. Les koalas n’ont vraiment pas la capacité de se déplacer suffisamment vite pour fuir les flammes

Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus le nombre de photos d’animaux assoiffés, déshydratés, brûlés, ni le nombre de vidéos montrant des kangourous et autres mammifères fuir les impressionnantes flammes.

Au-delà des frontières

Mais la catastrophe dépasse déjà désormais largement le périmètre de l’île.

À 2000 kilomètres de là, sur l’île de Nouvelle Zélande, le glacier Franz Josef s’est paré depuis plusieurs jours d’une teinte caramélisée, causée par la poussière des feux de forêts. Le service météorologique néo-zélandais confirme: «On peut voir clairement cette fumée, qui a parcouru environ 2,000 km à travers la mer de Tasman. Dans les régions les plus touchées, la visibilité est faible, 10 kilomètres».

De quoi offrir une teinte nettement colorée au ciel néo-zélandais ces dernières heures.

Nos dernières videos