FOOTBALL

Les U21 d’Oreye rayonnent sous Liebens

Sous la conduite d’Alexandre Liebens, les jeunes Sucriers sont bien partis pour coiffer les lauriers en fin de saison. Joli!

Les Liebens, on ne les présente plus dans l’arrondissement de Huy-Waremme. Car si Léonard fait les beaux jours de Jehay en qualité de T2 derrière Bertrand Marler depuis quelques saisons maintenant, son frère Alexandre n’est pas en reste non plus depuis le début de la saison. Lui, c’est chez les jeunes qu’il a décidé de s’illustrer. En début de campagne, il reprenait en effet les U21 d’Oreye. Lesquels évoluent en juniors régionaux C.

Un coup dans le mille pour ce Waremmien de 42 ans qui a, jusqu’ici, réussi le parcours quasi parfait avec un groupe qu’il a soudé autour d’un projet commun. Résultat: une belle première place pour les Sucriers en compagnie de Solières et d’Ougrée avec 33 unités en 12 rencontres pour un seul petit revers au total. «En début de campagne, j’ai pu m’appuyer sur un groupe qui était en partie en place auquel j’ai ajouté quelques transferts de Grâce-Hollogne, narre Alexandre. Au début, il a fallu que chacun trouve ses marques dans notre groupe. Mais la sauce a finalement assez vite pris. Notamment sur le plan défensif puisqu’on a la meilleure arrière-garde de la série avec à peine 5 buts encaissés dont 4 dans le même match à Ougrée pour un 4-0, notre seule défaite. On a finalement signé 10/12 clean sheets. »

Le titre semble à la portée des Orétois. « Oui, je pense que c’est jouable si on négocie bien nos matchs face à Ougrée et Solières, dit encore le coach. Ce serait une belle récompense pour mes adolescents qui sont super réceptifs. Ce sont des bosseurs qui n’en ont jamais assez et qui, souvent, en redemandent. Le but est aussi, à terme, de fournir la P3 en jeunes talents. »

Le tout avec un football offensif disposé en 3-5-2 qui permet aux Orétois de prendre leurs adversaires à la gorge. « J’ai essayé de mettre en place une vraie philosophie de foot offensif où chaque joueur peut apporter sa pierre à l’édifice », conclut Alexandre qui met l’expérience acquise chez les jeunes au Standard au service d’Oreye. Avec déjà un premier titre? C’est tout le mal qu’on lui souhaite à lui et à ses jeunes.