article abonné offert

2010-2020, LA DÉCENNIE QUI A CHANGÉ NOS VIES | Vague populiste: diviser pour mieux régner

En dix ans, le populisme s’est progressivement imposé sur la scène politique, au point de s’inviter à la Maison blanche, sous les traits de Donald Trump. Ce discours se réclame du peuple – compris comme une entité – en opposition aux élites (politiques, économiques ou intellectuelles). Du Brésil au Royaume-Uni, en passant par la France et la Belgique, ce discours résonne désormais aux quatre coins du globe. Ses leaders se nourrissent des insécurités et des frustrations d’une frange de la population, qui ne s’estime plus entendue par les partis politiques traditionnels. La crise de confiance semble évidente. Avec une question sous-jacente: le populisme serait-il le symptôme d’un mal-être démocratique?