CYCLOCROSS

PHOTOS & VIDÉOS | Gadoue et gadins au cyclocross de Namur: «Un parcours dangereux», selon le père de Mathieu van der Poel

Outre la victoire de Mathieu van der Poel, la manche namuroise de la Coupe du monde de cyclocross a été marquée, ce dimanche après-midi, par de nombreuses chutes dues à une boue omniprésente sur tout le parcours.

Il ne faisait pas bon être cyclocrossman ce dimanche après-midi à Namur. Déjà que le parcours de la Citadelle a été corsé, il a été rendu encore plus compliqué par une pluie incessante.

Transformées en une véritable patinoire de boue, les différentes difficultés de la course wallonne n’ont ainsi offert aucun répit aux coureurs qui ont enchaîné les chutes.

+ À LIRE AUSSI | Mathieu van der Poel s’impose à la Citadelle de Namur devant Toon Aerts

Tantôt frigorifiés, comme le leader de la Coupe du monde Eli Iserbyt qui a abandonné, tantôt épuisés, comme le champion de Belgique Toon Aerts qui a chuté à deux reprises, ils sont très nombreux à s’être cassé les dents sur la Citadelle de Namur.

 

 

 

 

Interrogé à l’issue de la course, le papa de Mathieu van der Poel, le lauréat de cette édition 2019, n’a pas été tendre envers les organisateurs.

«Les modifications apportées au parcours n’ont rien amené, a ainsi estimé Adrie van der Poel dans une interview accordée au "Nieuwsblad". Cette manche était dangereuse. Ce qu’on a vu aujourd’hui n’avait rien à voir avec le cyclocross. Pour faire quelque chose d’aussi mal, il faut être un spécialiste...»

 

Scènes identiques chez les femmes

À l’image des hommes, les femmes engagées à Namur n’ont pas eu beaucoup plus de chance avec les conditions météorologiques.

Également trempées par la pluie, elles sont quelques-unes à ne pas avoir pu éviter la chute dans les lacets de la Citadelle. Parmi elles, la Néerlandaise Lucinda Brand, déjà lauréate de la manche namuroise en 2018, s’est pourtant imposé ses compatriotes Ceylin Del Carmen Alvarado et Annemarie Worst.

 

 

 

Nos dernières videos